Jusqu’à présent, l’apprentissage de langues sur ordinateurs, c’était plutôt “bof !”. Beaucoup d’amateurisme, de simples transpositions de méthodes livresques ou des concepts “révolutionnaires” qui n’étaient que des gadgets coûteux et sans intérêt.

“Inter-Media langues” n’a pas l’ambition de révolutionner quoi que ce soit mais il fait pourtant un pas vers une utilisation cohérente du multimedia dans l’apprentissage d’une langue étrangère.

Bon, la jaquette n’échappe pas à l’exagération typique du genre. Les slogans se succèdent à la pelle : “Votre pensée va se formuler directement en anglais”, “L’anglais se grave tout naturellement dans votre cerveau”. On n’échappe pas non plus au mot à la mode : “l’immersion”. Utilisé lorsque, adolescent, nous étions obligés de passer quelques semaines chez nos voisins anglais, il se justifiait. Lorsque le bain linguistique se limite à passer un quart d’heure quotidien devant un ordinateur, c’est un de ces raccourcis abusifs dont le marketing a le secret.

Ré-pé-tez après moi

Cet avertissement étant fait, on se trouve devant un premier exemple de méthode d’apprentissage réussie, quoique perfectible. Elle est destinée aux adolescents et aux adultes. Trois coffrets sont disponibles, correspondants à des niveaux croissants de difficulté. Si leur contenu varie, l’interface est la même. Une fenêtre où s’affichent les textes de chaque leçon, une lucarne vidéo où apparaît un professeur, et un ensemble de (très) gros et (très) laids boutons de navigation.
Quel que soit le niveau, les leçons se déroulent toujours de la même façon. Un “tip of the day” vous met l’eau à la bouche en expliquant l’un des pièges de la langue anglaise.

Un texte apparaît ensuite, que l’on doit écouter tout en le lisant à l’écran. Chacune des phrases doit alors être répétée. Puis on lit soi-même le tout et on réécoute éventuellement les prononciations difficiles. La traduction peut également être lue, et un clic sur les mots surlignés déclenche une séquence vidéo durant laquelle le professeur donne quelques compléments d’explications.

Nouvelle écoute de chaque phrase, qu’il faut répéter deux fois. Puis on les relit tout seul à voix haute, en s’assurant qu’on a bien compris. Enfin, on réécoute une dernière fois. Fin de la leçon.

Quelques points faibles

La progression des difficultés est bien dosée, mais les explications grammaticales sont assez sommaires. Les exercices sont affligeants de banalité : ils consistent systématiquement à traduire en français des phrases anglaises. Et les deux jeux (un “Memory” et un quizz) sont décevants eux aussi, lorsqu’on sait ce dont un ordinateur est capable dans ce domaine.

Un livret reprend le contenu (textes, grammaire, exercices) de chaque leçon. Les élèves qui parviennent au niveu supérieur sont particulièrement gâtés. Outre le livret, ils ont à leur disposition une enquête de Sherlock Holmes et deux CD-ROM supplémentaires. Le premier reprend le texte des leçons, prononcé par des Américains, et le second offre la possibilité de s’enregistrer, dans une tentative “light” de laboratoire de langue.

On regrette cependant que ces deux options soient indépendantes : il est évident qu’elles ne sont réellement utilisables que si elles sont intégrées aux leçons. Quitter le cours, insérer un autre CD-ROM, déclencher le nouveau programme... chaque fois que l’on veut entendre la version américaine ou enregistrer sa voix n’a absolument rien de pratique !

Je ronfle, donc j’apprends

“Inter-Media Langues” n’échappe pas au gadget avec l’option “speed-learning” qui consiste à visionner des stéréogrammes (vous savez, ces images qu’il faut fixer en louchant jusqu’à ce qu’apparaisse une forme en relief), censés nous relaxer, tout en réécoutant la leçon. La jaquette nous annonce que cela nous aide “à mieux graver dans notre subconscient” les leçons et que cela équivaut à une “véritable immersion dans la langue anglaise, exactement comme si vous séjourniez en Angleterre”. C’est oublier qu’une langue ne s’apprend pas de manière passive et qu’il est indispensable de la pratiquer pour “qu’elle se grave dans notre subconscient” (dans notre mémoire serait amplement suffisant...)

Une méthode pas vraiment originale, mais sa progressivité en fait un bon complément à l’apprentissage de l’anglais. Mais pas plus que les autres cours multimedia existants à ce jour, elle n’est suffisante pour devenir un parfait bilingue.


(1) “Inter-Media Langues”, sept niveaux répartis en trois boîtes, “débutant”, “avancé”, “supérieur”. Une assistance téléphonique est proposée, de même qu’un site Internet. Pour Mac et PC, configuration familiale standard, sans installation particulière (bravo !). Distribution : ABC Soft (02/370.39.10/fax:02/376.58.50)

Article paru dans "Le Ligueur" en 1998.