::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: A votre santé ! :::

  

Les encyclopédies se déclinent de plus en plus sous forme multimedia. Celle des vins de France d’Hachette ne fait pas exception. Mais quel avantage par rapport au guide sur papier ?

Imaginez la gueule de bois ! Chaque année, 25.000 vins sont goûtés à l’aveugle par les dégustateurs d’Hachette, réunis pour coter ces milliers de bouteilles. Bon, d’accord, ils sont 800 à se partager le travail et, en principe, ils n’avalent pas grand chose. Mais il faut quand même une sacrée résistance pour conserver clarté d’esprit et objectivité après quelques dizaines de tastevins, même si l’essentiel du contenu finit au crachoir, une bonne minute et quelques inspirations et tours de langue plus tard.

Le CD-ROM “L’Encyclopédie des vins de France 2000” [1] reprend huit années de dégustation et 54.000 vins. Et il se veut, comme son titre l’indique, une encyclopédie avant tout. La fenêtre principale s’ouvre sur un menu annonçant les grandes zones : un “calendrier du vigneron”, qui détaille, mois après mois, les travaux à effectuer dans un domaine vinicole ; un “livre de cave” qui permet de rassembler les détails de sa propre cave ; une découverte en images de synthèse d’un domaine ; un “coup de coeur” quotidien qui mène à la fiche d’un vin particulièrement apprécié par l’équipe de dégustateurs ; et un “guide d’achats” qui est avant tout un outil de recherche dans la base de données.

Un contenu multimedia très pauvre

L’encyclopédie, étonnamment pour un produit “multimedia”, est particulièrement chargée en textes : Hachette s’est contenté de reprendre le contenu de la version papier et de le porter tel quel sur le CD-ROM, sans vraiment profiter des possibilités ludiques, interactives et pédagogiques du multimedia. Les photos passe-partout qui les accompagnent sont d’une incroyable banalité.

Quelques extraits sonores et des “vidéos” (en fait, pas de véritables vidéos mais principalement des successions d’images fixes et une visite d’un domaine utilise quelques animations en 3D, mais tellement indigentes qu’on ne s’y attarde pas.) tentent de donner le change, mais on est bien ici en face d’une adaptation très pauvre, où le CD-ROM est traité plus comme un support économique d’informations que comme un media.

On est alors étonné par l’extrême lenteur de la navigation, même sur un ordinateur puissant[Un Power PC G3.], et par l’incroyable gourmandise du programme : il s’est attribué 79 Mo de la mémoire vive disponible, et il a installé 409 Mo sur le disque dur, du jamais vu pour un logiciel grand public ! On se retrouve une nouvelle fois devant les aberrations habituelles des produits Hachette, dont les développeurs ne tentent à aucun moment d’optimiser leurs titres. De la programmation lourde et sans intelligence, qui privilégie le gagdget et l’esbrouffe à l’ergonomie et à la convivialité.

Un gadget coûteux

L’unique utilisation réelle des possibilités du media tient dans la recherche dans la base de données. On peut y choisir un vin en croisant différents critères : le type, l’appellation, la région, le millésime, le nombre d’étoiles, le prix, le type de mets qu’il doit accompagner. Au fur et à mesure que les choix sont effectués, une liste de vins s’affiche en vis-à-vis.

La recherche est très rapide. Un clic sur leur nom permet d’accéder aux fiches techniques les concernant et aux notes de dégustation. Il est également possible de rechercher par index, ou en introduisant des mots libres. Un outil que j’ai testé sur une offre de vente de vins par correspondance. Manque de bol ! Sur les quinze vins proposés, seuls cinq figuraient dans le guide, et parmi ceux-ci, un seul de la bonne année.

Et pour le prix de ce CD-ROM qui, à aucun moment ne fait regretter une version papier, on peut s’en offrir une douzaine de bouteilles. Avec la certitude d’en obtenir bien plus de plaisir. Et sans être obligé d’acheter un nouvel ordinateur ultra-puissant pour le déguster.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2000.


[1“Encyclopédie des vins de France 2000”, Hachette Multimedia. Pour configuration multimedia puissante (Pentium ou Power PC, au minimum 64 Mo RAM, écran 600*800, lecteur CD 4X). Il installe plus de 400 Mo sur le disque dur.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: