L’opérateur Scarlet a lancé à grands coups de publicité une offre qui semble réellement intéressante : un abonnement ADSL sans abonnement à Belgacom, incluant la téléphonie fixe à volonté.

Les jours de l’abonnement à Belgacom - qui liait encore tout Belge à l’opérateur historique même quand il téléphonait via un opérateur alternatif - sont désormais comptés : ces 17,15 euros de dîme mensuels qu’il devait payer dans tous les cas, vont désormais pouvoir être économisés.

C’est Versatel qui, en automne 2004, a lancé la première salve de la téléphonie fixe gratuite : 29,90 Euros pour un abonnement ADSL incluant les communications vers des postes fixes à volonté (hors numéros spéciaux et Télénet), 7 jours sur 7, 24 h sur 24. Il s’agissait cependant d’une connexion ADSL bridée [1], avec un volume de téléchargement limité. Le prix, pour un utilisateur normal d’ADSL, était plutôt de 39,90 Euros. A quoi il fallait encore ajouter l’abonnement Belgacom, soit plus de 57 Euros. Un seul ordinateur pouvait être connecté au modem (vendu 25 Euros).

Révolutionnaire !

La solution proposée par Scarlet (un opérateur qui a acquis, en 2004, la société Tiscali, principal concurrent de Skynet) est beaucoup plus intéressante. D’abord, parce qu’elle utilise une nouvelle technologie « Voice over DSL » qui permet de court-circuiter le passage par Belgacom, et donc d’économiser le coût de cet abonnement. Grâce à un boîtier spécial (vendu 99 Euros), vous êtes relié directement au réseau Scarlet. Ensuite, parce qu’il vous est loisible de connecter autant d’ordinateurs et autant de téléphones que vous le souhaitez. Le nombre d’ordinateurs ayant tendance à se multiplier dans les familles avec adolescents, c’est un avantage à ne pas dédaigner. Le prix de l’abonnement est également attractif : 49,95 Euros par mois, pour l’ADSL et la téléphonie fixe à volonté (hors numéros spéciaux). Les caractéristiques de la connexion Internet sont également un peu plus intéressantes que celles de Versatel [2], même s’il faut payer 2 Euros supplémentaires pour bénéficier d’une connexion ADSL digne de ce nom.

Où est le piège ?

Il n’y en a pas. Scarlet est un opérateur sérieux et s’il parvient à faire baisser le prix de l’ADSL, c’est que celui-ci, en Belgique, a été maintenu artificiellement très haut (et il peut encore baisser considérablement pour atteindre, par exemple, le niveau de nos voisins français) [3].
Mais il vaut mieux encore patienter, pour diverses raisons.

Une contrainte très gênante est l’obligation de signer un contrat de quinze mois. Dans un domaine où la concurrence est énorme, d’autres opérateurs vont certainement proposer des offres encore plus intéressantes, et il est donc dangereux de se lier pour une durée aussi longue.
Un problème nettement plus ennuyeux vient de la non-réactivité totale de Scarlet, que ce soit par téléphone ou par mail. Nous avons essayé à plusieurs reprises de joindre la firme pour obtenir des informations, sans aucun succès. La centrale téléphonique met l’appelant en attente, avec un message périodique pour le faire patienter, sans que jamais personne ne réponde. Après une heure, la communication est coupée et la personne éjectée. La centrale propose aussi de rappeler le numéro de l’appelant pour lui éviter d’attendre. Après quinze jours, nous n’avions toujours pas été rappelé. Nous avons alors essayé l’e-mail, puisque le site de Scarlet donne une adresse de contact (info@scarlet.be), là aussi sans aucun effet malgré deux nouvelles semaines de patience. Visiblement, Scarlet est dépassée par le succès de son offre et l’on peut supposer que les abonnés, en cas de problèmes, seront laissés à l’abandon de la même manière et ne parviendront pas à contacter un service compétent.

Enfin, dernière raison pour ne pas se précipiter : le délai entre la demande et la réception de la « Scarlet Box », qui atteint six à huit semaines. Comme Scarlet supprime votre abonnement à Belgacom, vous pouvez vous retrouver sans téléphone entre le moment où cette suppression aura eu lieu et celui où vous recevrez le matériel. Un cas de ce genre nous a déjà été signalé : Belgacom avait interrompu la ligne alors que l’abonnement n’arrivait à expiration qu’à la fin du mois, et a refusé de la rétablir.

On comprend l’agacement de cet opérateur qui voit fuir ses clients qui étaient autrefois pieds et poings liés, mais la méthode est peu élégante. On attendrait plutôt qu’il tente d’éviter l’hémorragie de ses abonnés en proposant une contre-offre plus concurrentielle. Ce qu’on attend toujours.

Article paru dans Le Ligueur en 2005.


[1Vitesse - réception : 512 kbps
Vitesse - envoi : 256 kbps.

[2Vitesse - réception : 1 Mbps
Vitesse - envoi : 128 kbps.
Maximum 20 Gb par mois.
Ce bridage peut être supprimé pour les surfeurs intensifs, et passer à 3,3 Mbps/384 kbps pour un supplément mensuel de 2 Euros.

[3Notez que, si la téléphonie fixe est gratuite, celle vers les GSM Proximus est plus chère que chez Belgacom. Le poste « téléphonie mobile » va donc monter.