::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Allons z’enfants de la souri-i-i-is... :::

  

Heureux, les petits enfants... Les développeurs de CD-ROM rivalisent de créativité pour que les ordinateurs deviennent pour eux des outils d’éveil.

"Un prince à l’école" est l’adaptation “interactive” d’un livre signé Evelyne Reberg et Yves Calarnou. Destiné aux enfants de plus de cinq ans, il peut être écouté - une voix lisant alors le récit alors que se déroulent les animations - ou utilisé comme un jeu. Dans ce second cas, l’enfant écoute d’abord la narration de chaque page, et peut ensuite cliquer sur certains mots. Ceux-ci déclenchent alors un petit gag animé.

Mais une petite souris se cache aussi dans les décors. Il faut la trouver pour pouvoir participer aux jeux qui complètent l’histoire : reconnaître les maisons des animaux, retenir les noms des enfants de la classe, reconstituer un dessin en suivant l’ordre des chiffres, etc.

Le ton léger, la variété des activités, l’humour omniprésent, font de ce CD-ROM un excellent choix pour les enfants qui veulent s’éveiller aux joies de la lecture. Il présente, en outre, l’avantage de fonctionner impeccablement sur des ordinateurs peu puissants, ce qui le rend accessible à tous.

Conte africain

“J’apprends à lire avec Tibili” s’adresse, lui aussi, aux enfants de plus de cinq ans. Il est adapté du très joli “Tibili, le garçon qui ne voulait pas aller à l’école”, de Marie Léonard et Andrée Prigent. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un livre interactif, mais plutôt d’une aventure racontée sous la forme d’un petit film qui s’interrompt à différents moments-clés.

L’enfant devient alors actif et doit accomplir une activité. Toutes se déroulent dans la savane africaine. Le petit Tibili doit bientôt aller à l’école, mais il n’en a pas du tout envie et il s’enfuit durant la nuit. A l’enfant de le retrouver en explorant le village et ses environs, en discutant avec des habitants plus ou moins pittoresques, et en tentant de décoder des messages qui lui sont proposés par un oiseau facétieux.

Ces différents messages sont en fait des jeux autour des mots et des lettres qui sont donc autant d’activités d’éveil à la lecture. Il est également possible d’en extraire quelques images pour réaliser de petites cartes postales à imprimer. Ce Cd-ROM à l’ambiance sympathique et chaleureuse est recommandé par le Ministère de l’éducation nationale française. Dans ce cas-ci, il ne s’est pas trompé.

Pleines de vitamines

“Les bananes en pyjama” est l’un de ces nouveaux titres qui prennent l’enfant pratiquement au berceau . Ici, il lui faudra quand même attendre l’âge de deux ans, car il doit être capable de pointer des zones relativements précises de l’écran. Ce jeu met en scène deux bananes amicales, B1 et B2, et de mignons petits oursons, qui vont lui faire découvrir leur maison, la plage, le magasin et le jardin.

Quatre tableaux où sont proposées des activités très simples, comme par exemple réparer une chaise en trois morceaux ou répéter un petit air au xylophone. L’animation des personnages en 3D est très réussie, et la plupart des éléments s’animent de manière amusante lorsque la souris passe sur eux. Un CD-ROM très bien pensé, bien adapté aux petits et joliment réalisé. Les activités ne sont pas très nombreuses, ce qui n’est pas un inconvénient pour cette tranche d’âge, les enfants se trouvant ainsi très vite en territoire connu.

Délires technologiques

Enfin, terminons par deux déceptions. La première, de taille, est l’adaptation sur CD-ROM du fameux “Imagier du père Castor”. Déception, parce qu’il refuse de fonctionner sur un écran 640*480, taille d’écran de référence pour les logiciels familiaux ; ensuite, parce qu’il contient des incohérences entre la cible et le contenu. Destiné aux enfants “à partir de deux ans”, le programme commence par leur demander d’inscrire leur prénom (à deux ans !) ; ensuite, il leur demande de choisir leur activité dans un menu de quatre choix... textuels ; et nous nous sommes arrêtés lorsque nous nous sommes aperçus que la première activité proposait d’apparier des mots commençant par la même lettre, mais obligeait d’abord les enfants à les séparer de l’article défini qui les précède. Un exercice impossible pour un enfant de deux ans. Mal conçu techniquement, mal adapté à sa cible, ce CD-ROM est tout simplement une erreur.

Une autre grosse déception vient de l’un des plus beaux CD-ROM pour enfants, Mia 2 : “Le mystère du chapeau perdu”. Rien à dire sur la réalisation, qui est vraiment irréprochable. Il s’agit d’un superbe jeu d’aventure pour enfants de plus de quatre ans, mettant en scène une adorable petite souris et d’amusants rats d’égouts. Un véritable film en trois dimensions où l’enfant devra aider la gentille héroïne à accomplir diverses épreuves adaptées à son niveau. Ce CD-ROM a tout pour séduire. Des graphismes d’un réalisme étonnant, des personnages sympathiques, des activités astucieuses et amusantes, une animation naturelle et fluide.

Mais uniquement sur des ordinateurs très puissants. Et c’est là que vient la déception. Impeccable sur un G3 acheté il y a huit mois, il est inutilisable sur un Power Mac plus ancien. A force de laisser faire les développeurs, dans leur tour d’ivoire faite de machines renouvelées tous les six mois, on en oublie que le grand public va garder la sienne cinq ou six ans. Et l’on produit de petites merveilles pour une cible familiale... totalement inadaptées au parc des ordinateurs familiaux.

A quoi sert-il de réaliser un chef-d’oeuvre s’il ne peut être admiré que par une élite ? Une question que les développeurs de ce jeu auraient pu se poser avant de tenter de piéger les utilisateurs dans la spirale de l’inflation technologique. Que nous ne pouvons que vous déconseiller de suivre. Préférez les logiciels dont les développeurs ont optimisé le code pour qu’il “tourne” sur les ordinateurs familiaux. Et tant pis pour les autres.


Bayard Presse - Pour configurations familiales (MaC 68040 ou PC 486, écran 640x480 en 256 couleurs, lecteur de CD-ROM 2X, 8 Mo RAM). Il ne nécessite aucune installation sur le disque dur.
Magnard et Microïds - Pour configurations familiales multimedia (Pentium ou Power PC, 16 Mo RAM, écran 640x480 en milliers de couleurs, lecteur de CD-ROM 4x). Il ne nécessite aucune installation sur le disque dur.
TLC-Edusoft, pour configurations familiales multimedia (Pentium ou Power PC, 16 Mo RAM, écran 640x480 en milliers de couleurs, lecteur de CD-ROM 4x). Il ne nécessite pas d’installation sur le disque dur.
”Mon grand imagier” - Flammarion et Montparnasse Multimedia, pour configuration multimedia puissante (Pentium 133 ou Power Mac 132, écran 600x800, CD-ROM 4x, 16 Mo de RAM pour l’application). Il installe 12 Mo sur le disque dur.
Kutoka/Ubi Soft, pour configuration multimedia haut de gamme (au minimum Pentium 166 ou Power Mac 275 Mhz ; 64 Mo RAM, écran 640x480 en 256 couleurs, CD-ROM 6X). Il installe 40 Mo (!!!) sur le disque dur.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2000.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: