::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Aux sekour deu lortograf :::

  

Les ordinateurs remplacent de plus en plus crayons, stylos et machines à écrire comme outil de rédaction.L’orthographe est la première victime de cette évolution.
Les traitements de texte ont été une révolution dans l’écriture. Avec leurs outils de mise en forme, la possibilité de revenir sur des éléments pour les réécrire, ils sont incomparablement plus confortables que les bonnes vieilles machines mécaniques.

Même si tout journaliste regarde encore celles-ci avec un regard teinté de nostalgie, il faut avouer que recommencer complètement la page lorsqu’une modification devait être appliquée, ou devoir attendre la fin du séchage du Typ-Ex en cas de petite erreur, était nettement moins confortable que presser la touche "effacement" du clavier.

L’e-mail, lui aussi, a révolutionné le courrier. Quelques lignes, un clic, et voilà le message envoyé chez un correspondant du bout du monde ou à son voisin de bureau.

Seulement, voilà ! Avec l’écriture sur écran, s’est aggravé un problème né avec les méthodes modernes d’apprentissage de la langue maternelle : l’inéluctable extinction de l’orthographe. Les traitements de texte modernes ont bien tenté de pallier cela en intégrant un correcteur automatique, mais aux possibilités encore plus limitées que celles des victimes des méthodes révolutionnaires citées plus haut.

D’où l’idée d’un programme spécialisé, qui ne ferait que ça. "Correcteur 101" est né de ce besoin.

Toute la langue française... ou presque

Il contient un dictionnaire rassemblant tous les mots du "Petit Robert" et, pour éviter d’inutiles débats, également du "Petit Larousse". Plus encore les tables de conjugaison de tous les verbes. Vous pouvez y ajouter votre dictionnaire personnel, fait d’abréviations, de néologismes ou de mots plus récents ou utilisés spécifiquement dans votre profession. Tout cela étant réuni, le programme parviendra à détecter les mots qui n’existent pas : les petites fautes de frappe, de même que les mots mal orthographiés.

Mais la langue française ne serait pas ce passionnant casse-tête qui enchante tous les enfants dès six ans s’il suffisait de repérer les erreurs lexicales pour obtenir un texte correct. Il y a ces règles de grammaire que le monde entier nous envie et qui, des règles d’accord du participe passé aux pluriels irréguliers, font de l’expression écrite un exercice intellectuel de haut niveau. Le "correcteur 101" intègre celles patiemment décortiquées par Maurice Grévisse et André Goose, références en la matière.

Voilà pour le contenu.

Quant à son fonctionnement, il parvient à s’intégrer dans la plupart des traitements de texte modernes (Word, Wordperfect, Claris Works, Amipro, Macwrite). Cela signifie qu’une fois installé, il figure dans le menu du logiciel comme les autres fonctions de celui-ci.

Il existe en deux versions, l’une "personnelle" [1], l’autre "pro" [2]. La première contient l’ensemble des outils de détection et dictionnaires. La seconde contient, en outre, des outils d’aide à l’écriture, comme un dictionnaire des synonymes, un indicateur de lisibilité, un assistant morphologique (les transformations du mot au féminin et au pluriel), une grammaire et un outil de césure. Elle offre également une barre d’icônes flottante permettant d’accéder aisément aux différentes fonctions.

Pas vraiment infaillible

Son utilisation est archi-simple. On clique sur l’icône, et l’analyse commence. En fonction de la profondeur que l’on désire, on peut attribuer au programme plus ou moins de temps de calcul (mais nous n’avons pas trouvé de différence sur le présent texte en lui accordant "une minute" ou "un temps infini"). Différentes options sont disponibles. Il peut tenter de trouver les accords ambigus, les erreurs de concordance de temps, les constructions syntaxiques inhabituelles, les anomalies de sens, etc.

Le correcteur peut introduire tout seul les modifications, ou simplement vous les suggérer et vous laisser décider. Ce qui est plus prudent, car il propose régulièrement des phrases erronées en remplacement de textes parfaitement corrects. Les analystes et programmeurs sont encore loin d’avoir développé le programme infaillible !

Il est donc inutile d’espérer pouvoir vous y fier les yeux fermés en oubliant toutes les règles qu’on vous a apprises à l’école ou en cessant de consulter votre "Grévisse" ou votre "Bécherelle". Heureusement ! Car l’orthographe, c’est un peu comme la presbytie : si l’on vous donne des lunettes pour vous permettre de ne plus y penser, vos muscles oculaires perdent leur entraînement, aggravant encore la déficience.

Allez, on s’entraîne, tous ensemble ! Une règle prise au hasard dans la grammaire hypertexte fournie avec le correcteur : "Lorsqu’il n’y a pas de COD évident placé avant ou après le verbe, le P.P. s’accorde avec le pronom placé après le sujet si ce pronom n’est pas manifestement COI.". Euh... Et on s’étonne, avec des règles aussi absconses, que même un ordinateur ne parvienne pas à écrire correctement ?

Article paru dans "Le Ligueur" en 2000.


[1Le Correcteur 101 Personnel, version 3, pour Macintosh et PC même anciens (PC 486, Macintosh 68030, 8Mo de RAM, 8Mo disponibles sur le disque dur).

[2Correcteur 101 Pro, version 4, Symbiose, pour Power PC et Pentium (16 Mo RAM, 10 à 26 Mo disponibles sur le disque dur).

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: