Une nouvelle star est née. La pulpeuse Lara Croft, l’héroïne de “Tomb Raider”, un jeu en 3D de la Playstation, a rejoint Mario et Sonic au panthéon des vedettes des jeux vidéo.

Avec des formes qui ne laissent aucun doute sur sa féminité, et grâce à un jeu exceptionnel, elle est incontestablement l’héroïne de l’année. Mais son jeu est à réserver aux plus grands. Le choix des jeux est d’ailleurs le principal casse-tête dans un domaine où l’on en produit beaucoup trop.

Pour les moins de dix ans, on ira en toute confiance vers les produits Disney, qui suivent systématiquement les nouveaux dessins animés. “Pocahontas”, “Le Roi Lion”, “Pinocchio”, “Aladdin”... ont tous été adaptés sur Mega Drive et sur Super Nintendo. Les aventures électroniques de Mickey sont d’excellents titres également, avec une mention spéciale pour l’incomparable “Mickey and Donald, World of Illusion” (Mega Drive) et “Mickey’s Wild Adventure” (Playstation).

De même, Infogrames a parfaitement réussi le passage à l’écran de personnages issus de la bande dessinée belgo-française : tous les jeux des Schtroumpfs, Tintin, Lucky Luke, Astérix, Spirou (disponibles pour Game Boy, Mega Drive, Super Nintendo) sont à conseiller.

Des personnages nés sur console sont devenus de véritables mascottes par la qualité de leurs performances ludiques. Pour tous les âges, on retiendra “Cool Spot”, une pastille rouge extrêmement détendue (Super Nintendo, Mega Drive), “Ecco”, un dauphin qui nous a offert le seul jeu “new age”, profondément non-violent (Mega Drive), “Bug !”, un insecte hilarant (Playstation) et les bien sympathiques adolescents volants de “Nights”(Saturn).

Bien sûr, tous les jeux de Sonic chez Sega et de Super Mario (et de son dinosaure Yoshi) chez Nintendo ont, depuis longtemps, recueilli l’adhésion des joueurs. Du même créateur que Super Mario, la série des “Zelda” vole haut au-dessus de tous les autres jeux d’aventure.

Enfin, même s’ils ne mettent en scène aucun personnage humain, rappelons Tetris, le jeu le plus vendu au monde, et toutes ses déclinaisons (sur consoles Sega et Nintendo). A tout seigneur, tout honneur, c’est le premier jeu qui ait réussi à capter l’intérêt d’un public féminin, dans un univers majoritairement masculin.

Article paru dans "Le Ligueur" en 1997.