::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Des DVD pour rêver :::

  

Les enfants bénéficient de l’engouement actuel pour le DVD : de nombreux titres leur sont désormais destinés.

L’adaptation d’une bande dessinée célèbre en dessins animés est toujours un pari risqué. Les exemples de réussites sont rares, les échecs sont extrêmement nombreux. La série télévisée « Cédric » fait partie de la première catégorie. Créé par Raoul Cauvin (le père des Tuniques Bleues) et Tony Laudec, ce personnage s’est imposé par la qualité et la simplicité de son univers, mêlant humour et tendresse.

Cédric n’a rien d’un super-héros, c’est un petit garçon normal, avec des parents banals, dans une banlieue quelconque. Il a, comme beaucoup d’enfants, des bulletins scolaires difficiles à faire signer, et il est amoureux d’une camarade de classe (une jolie Asiatique nommée Chen) qu’il cherche par tous les moyens à séduire.

Grand succès de librairie, il a fait l’objet d’une adaptation en dessin animé très fidèle. Y compris, et surtout, dans les dessins des décors et des personnages, proches de la BD. Les récits sont tirés des albums, et les scénaristes, pour les relier entre eux, ont eu recours à une astuce : c’est Cédric qui raconte ses aventures à son journal intime, enjolivant à sa façon une réalité le plus souvent catastrophique pour lui. Quatre DVD sont déjà parus, rassemblant chacun neuf épisodes et de petits bonus (comme un reportage sur la fabrication d’un album de BD).

Célia Fée

Production belge encore, grand talent, toujours, la comédie musicale « Célia Fée », écrite par Philippe Lafontaine nous plongeait dans le monde magique d’une usine farfelue. Par le passé, elle fabriquait des nuages gris, bien salissants et elle avait dû fermer à cause de cela. Puis quelque chose s’était passé et les outils (Yolande la Pyramide, Marcel l’Echelle, Huphrey le wagonnet et Pourquoi l’ordinateur) avaient pris vie et, depuis, ne fabriquaient plus que des nuages blancs parfumés, aux formes les plus folles ? celles qu’imaginent les enfants lorsqu’ils regardent le ciel. Ils passaient leur temps à récolter les gouttes de pluies, les porter à bonne température et les vaporiser dans la nature.

Un jour, la jeune Célia avait débarqué en larmes dans leur usine. Elle ne supportait pas de voir se faner les fleurs qu’elle vendait ! Les quatre personnages, qui dépendaient de la bonne volonté du ciel pour obtenir les gouttes d’eau permettant de fabriquer les nuages, avaient été très intéressés par cette faculté qu’ont les humains à ? pleuvoir. Et avaient accompagné Célia dans une aventure qui aurait dû leur permettre de faire de même. Mais une machine peut-elle pleurer ?

« Célia Fée », formidable spectacle musical, inventif, astucieux, enchanteur, coloré, basé sur les musiques entraînantes de Philippe Lafontaine, avait à juste titre récolté un immense succès sur scène. Le DVD lui offre une seconde vie en permettant de le redécouvrir. En bonus, l’auteur y raconte la très jolie histoire de la genèse du conte et se prête au jeu de l’interview.

Les contes du cimetière

Ces différents titres sont distribués par la RTBF, qui distribue également les « Contes du Cimetière », des dessins animés imaginés par l’écrivain pour enfants Yak Rivais, tous basés sur des thèmes effrayant, détournés de manière humoristique. Le premier DVD, « Les habitants du cimetière St Patrick », présente ainsi quatre contes, qui mettent en scène des enfants confrontés à des phénomènes surnaturels (une main qui se promène dans le cimetière, une malédiction, une musique infernale, ?) mais qui ne s’en trouvent pas décontenancés pour autant.

Des récits courts (treize minutes chacun) et rythmés, des décors réussis, mais des personnages impersonnels qui auraient mérité d’être plus travaillés graphiquement. Chaque épisode est précédé de son synopsis, ce qui n’est pas vraiment une bonne idée, puisque cela casse l’effet de surprise. Une réalisation perfectible, donc, même si le thème de départ a tout pour plaire aux enfants, qui adorent se faire peur.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2003.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: