::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Dix bougies pour le parc Paradisio :::

  

C’est un lieu d’harmonie où des oiseaux vivent en liberté au milieu des badauds. Paradisio, parc à thème à nul autre pareil, est un enchantement. Un lieu magique entièrement dédié à la nature et à son observation. Il fête ses dix ans cette année, dans un nouvel écrin de roses.

Un demi-million de visiteurs (avec une croissance du public néerlandophone, que le parc tente visiblement de séduire très activement) sont venus en 2003 s’immerger dans ce bain de nature né en 1994 dans les ruines d’une ancienne abbaye cistercienne, et dont les premiers oiseaux, qui constituaient au début la seule "attraction", ont, d’année en année, été rejoints par d’autres espèces animales. L’année passée, on y comptait 3215 animaux de 373 différentes espèces.

Mais le terme "attraction" ne convient pas au lieu. Vous ne trouverez pas, ici, de montagnes russes, de fusées vous emmenant dans des décors de science-fiction, de baraques à frites ou à hamburgers. Rien de tout cela. On vient pour se nourrir les yeux et s’émouvoir aux beautés de la nature, pas pour augmenter le taux d’adrénaline - ou de cholestérol - dans le sang.

Un peu d’histoire

Les débuts furent difficiles. Il fallut attendre 1999 pour que ce jardin ornithologique atteigne son point d’équilibre. Depuis son entrée en Bourse la même année, il s’est enrichi de divers lieux à thèmes.

En 2000, une majestueuse serre tropicale de 7.000 m2, l’Oasis, offrait aux enfants un mini-safari au milieu d’animaux exotiques sympas et d’oiseaux en liberté.

En 2001, deux îles furent aménagées pour des singes-écureuils et des lémuriens (en voie d’extinction), tandis que le château au milieu du parc était transformé en somptueux aquarium - qui parvient même, par une élégante tour lumineuse de méduses, à nous réconcilier avec cet animal étrange qui gâche nos séjours à la mer.

En 2002, une falaise était construite pour accueillir des otaries à fourrure dont le zoo d’Anvers devait se séparer, et un espace pour des manchots du Cap y était adjoint.

En 2003, un bateau de 80 mètres de long était bâti au milieu d’un étang pour sensibiliser le public, par des expositions, aux menaces qui pèsent sur la biodiversité. Un centre de revalidation pour reptiles était également offert à une ASBL chargée de les soigner.

Enfin, de grands mammifères tels que girafes, zèbres, gibbons, hippopotames sont venus rejoindre cette faune en 2004. Et d’immenses ponts suspendus en cordages ont été tendus dans le parc et la serre pour permettre aux visiteurs de l’admirer du ciel.

Plus qu’un simple parc

Parc de loisirs, Paradisio est aussi un centre scientifique. Membre de l’EAZA ("European Association of Zoos and Aquaria"), il participe à des programmes de reproduction. Il aide à la sauvegarde de divers oiseaux menacés, comme les grues de Sibérie, les aigles aux yeux d’or (pyrargues) et les manchots du Cap. Trente-cinq espèces menacées sont hébergées dans le parc, dans des conditions favorables à leur reproduction. Et les visiteurs privilégiés peuvent aller admirer, dans la nursery, des œufs d’oiseaux ou de tortues en train d’être couvés artificiellement, et de petits bébés.

Son rôle pédagogique n’est pas à négliger non plus, même si l’on regrette le manque d’explications détaillées près des animaux. Mais pouvoir observer dans la vieille tour, par exemple, des chauve-souris en activité - le cycle de ces animaux nocturnes a lentement été inversé pour qu’ils soient éveillés le jour et qu’ils dorment la nuit - est d’un intérêt pédagogique incontestable.

Pouvoir croiser au détour d’un chemin un calao, un pélican, une cigogne, une chouette, un harfang ou un martin pêcheur, en totale liberté, est déjà un enchantement pour tous. Depuis 2004, les visiteurs pourront également participer au nourrissage et aux soins de certains animaux.

Pour fêter son dixième anniversaire, il s’offre un jardin andalou avec de petits oliviers et palmiers au milieu des fontaines et escaliers d’eau, et une roseraie de 1280 m2 offrant une diversité de rosiers, des roses anciennes aux modernes, en passant par les "nouvelles roses anciennes" qui ont le parfum des premières et qui, comme les secondes, fleurissent plusieurs fois l’an.

Parfois contesté

Mais tout n’est pas aussi rose aux alentours du parc Paradisio, et certains riverains ne partagent pas l’optimisme affiché par ses gestionnaires.

La voie d’accès traverse un charmant petit village de vieilles maisons dont la voie principale, pas du tout conçue pour accueillir chaque jour des dizaines de cars surchargés, est dans un état catastrophique à cause de ceux-ci. "Ce trafic est une véritable nuisance", nous dit-on. "Il existe bien un projet de contournement, mais la direction du parc ne veut pas en assumer les frais. Et comme le parc bénéficie d’avantages fiscaux tels qu’il ne paie pas grand chose à la commune, celle-ci n’a donc pas les moyens non plus de construire ce contournement."

Un membre de l’administration communale critique aussi, à titre personnel, la politique du "fait accompli", comme par exemple la construction de l’immense bateau qui aurait, selon lui, été faite sans permis de bâtir... et sans consultation préalable des pompiers pour la sécurité. Nous regrettons personnellement aussi le prix très élevé de l’entrée, qui est prohibitif pour les familles.

Espérons que ces différends entre le parc, l’une des grandes réussites de la région wallonne, et ses voisins, s’aplaniront rapidement. Quant au prix d’accès très élevé, malheureusement, vu le succès, il y a peu de chances qu’il baisse. En attendant, les animaux de Paradisio, inconscients des chamailleries des humains qui les entourent, savourent ce petit paradis qui a été conçu pour eux. Les oiseaux, les mammifères, les reptiles, les poissons... Il ne manque plus que les insectes et les araignées pour que le parc couvre l’éventail des familles animales. A quand une serre à papillons ?

Parc Paradisio
Domaine de Cambron
7940 Brugelette (Belgique - près de Ath)
00 32 (0)68 250 850

http://www.paradisio.be

info@paradisio.be

Ouvert tous les jours du 3 avril au 7 novembre 2004, de 10 h à 18 h (19 h en juillet et en août).

Tarif
Adultes : 18.40 Euros
Seniors : 16.40 Euros
Enfants : 13.40 Euros

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: