Le dessinateur Garry Trudeau est l’auteur de la bande dessinée américaine la plus incisive. Un strip virulent pour Bush et son administration, et dont plusieurs gags ont déjà provoqué des réactions violentes. Le 30 mai dernier, il a publié, dans sa planche hebdomadaire, un étonnant hommage aux soldats américains tués en Irak.

Huit cases. Les six dernières sont occupées par une longue liste de noms. Plus de sept cents. Ce sont les victimes parmi les troupes américaines en Irak depuis le début de la guerre. Une liste arrêtée le 23 avril 2004, date à laquelle Garry Trudeau a terminé ces dessins.

Avec cette planche du dimanche, il a réussi un beau coup médiatique. "C’est la première fois dans l’histoire des comics qu’un tel hommage est rendu", écrit le "Journal Gazette". Un coup double pour ce féroce opposant à la guerre en Irak. Qui lui permet à la fois d’insister sur le coût humain de la politique de Bush (qui s’évertue à camoufler les pertes américaines)... et de calmer les réactions après un malencontreux concours de circonstance lors de la publication, en mai, d’un strip qui fit beaucoup de bruit. On y trouvait, dans un gag sans aucun rapport avec la guerre, la tête d’un homme sur un plateau... juste au moment où un otage américain se faisait assassiner et décapiter en Irak. Trudeau avait été obligé d’expliquer sur son site que les gags étaient dessinés et envoyés aux journaux à l’avance (et celui-ci, bien avant ces sinistres événements), à cause des délais d’impression des cahiers BD, et de s’excuser du choc que cette scène avait causé chez certains lecteurs.

Mais Gary Trudeau nie que le présent hommage soit une réparation pour ce malheureux quiproquo. A nouveau, en expliquant qu’il fut dessiné bien avant. Mais, indéniablement, il a utilisé, de manière sobre, intelligente, sensible et créative, un media qui révèle une nouvelle fois ici toute sa puissance communicatrice.