C’est le roi des jeux et, depuis toujours, les informaticiens confrontent la puissance des ordinateurs pour tenter de vaincre le cerveau humain au échecs.

Les processeurs des consoles ne sont pas comparables à ceux de Deep Blue, le superordinateur qui battit Kasparov dans les années 90, mais suffisants pour permettre aux amateurs de se confronter à l’intelligence artificielle de la machine.

Les habitués des jeux sur consoles seront assez dépaysés par "Wii échecs". Pas d’effets spéciaux en cascade, de musiques endiablées, ici. On est dans le domaine de la réflexion pure, pas du défoulement. A l’écran, un échiquier et ses pions, c’est tout. Les possibilités online de la console permettent de jouer à distance (à condition de trouver un adversaire sur le réseau - ils ne sont pas légion, malheureusement), mais la plupart des joueurs se contenteront de parties contre la machine.

Le niveau de celle-ci peut être adapté. C’est l’une des seules options disponibles. La console se contentera de montrer les positions possibles pour une pièce donnée, d’annuler le dernier coup ou de donner une suggestion. C’est un peu peu. Pourquoi, par exemple, n’avoir pas intégré un didacticiel permettant aux novices d’apprendre les bases du jeu ou aux joueurs expérimentés de rejouer des parties célèbres ? Les développeurs de ce jeu n’ont pas fait preuve de créativité, mais ils comblent heureusement un vide dans la logithèque de cette excellente console. En attendant un titre plus abouti.

Ce produit peut être acheté sur Internet

Article paru dans Le Ligueur en 2008.