Le roman-fleuve de Tolkien était déjà un roman-culte avant que la trilogie magistrale de Peter Jackson ne vienne en relancer l’intérêt grâce à une réalisation cinématographique époustouflante. "Le Seigneur des Anneaux" n’est plus le domaine d’initiés passionnés, mais un véritable phénomène de société. Avec tout le lot de produits dérivés que cela entraîne. Parmi ceux-ci, une brillante adaptation du jeu "Risk" par Hasbro.

"Risk" est un grand classique du jeu de stratégie. Un jeu de guerre où, en positionnant intelligemment des troupes sur un ensemble de territoires, vous tentez d’envahir toutes les régions voisines.

Un principe finalement pas très éloigné de la trame du "Seigneur des Anneaux", puisque les forces du bien et les forces du mal tentent, elles aussi, de conquérir l’ensemble des Terres du Milieu. Raison pour laquelle les développeurs de jeux d’Hasbro, éditeur de "Risk", ont planché sur une adaptation de ce jeu à l’univers du "Seigneur des Anneaux". Et c’est une réussite.

"Risk, Seigneur des Anneaux", se joue sur un plateau représentant les Terres du Milieu, dessiné paraît-il par un artiste "officiel" du Seigneur des Anneaux. On ne peut pas dire que celui-ci brille par une créativité époustouflante, et on comprend mal ce qu’apporte son statut "officiel", mais l’important est que les fans vont pouvoir jouer dans les lieux même du roman.
Les pièces du jeu Risk ont été complètement remodelées. Ici, on installe des archers elfes, des cavaliers de Rohan, des Orques, des cavaliers noirs, des aigles géants et des Trolls des cavernes. Soit quatre armées complètes.

Il est tout à fait possible de jouer, avec cette édition, aux règles traditionnelles de Risk. Mais cela ne présente pas un réel intérêt, sinon dans une phase d’apprentissage. Car l’innovation est apportée par des missions qui sont imposées aux joueurs via des cartes "aventure". Ils peuvent ainsi vivre une véritable aventure, en utilisant parfois des pouvoirs magiques qui leurs sont conférés par d’autres cartes. Et c’est l’Anneau qui détermine l’avancement du jeu.


Les règles ne sont pas évidentes à comprendre et il faut quelques heures avant de pouvoir y jouer correctement. Mais une fois qu’elles sont intégrées, le jeu devient vite passionnant, et l’on peut passer des heures à tenter de conquérir les Terres du Milieu, avec d’autant plus de plaisir que les images du film nous reviennent en mémoire lorsqu’on place ses pions dans les lieux mythiques du récit.

A ce jeu de base, Hasbro a ajouté une extension "Gondor et Mordor", qui complète la carte et renouvelle l’intérêt du jeu. Elle contient une carte complémentaire (avec les territoires du Gondor, du Mordor et du Haradwaith) que l’on relie à la carte de base, deux nouvelles armées du Bien, deux nouvelles armées du Mal et 55 cartes complémentaires. Tous ces éléments peuvent être ajoutés au jeu de base afin d’en multiplier les possibilités.

En outre, le verso de la carte présente un plan spécial qui permet de jouer à un jeu bonus basé sur le siège de Minas Tirith, une des plus spectaculaires batailles du Seigneur des Anneaux. Une excellente idée, qui ajoute encore de l’intérêt à ce jeu qui passionnera certainement tous les fans du roman et du film.