::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Jeux vidéo : entre diversité et qualité :::

  

Lorsqu’on jette un regard en arrière vers l’actualité récente des jeux vidéo, on note une évolution plutôt bénéfique. Certes, leur prix reste malheureusement très élevé, mais le contenu va se bonifiant.

Le jeu vidéo n’est pas un loisir bon marché. Les budgets de réalisation gigantesques expliquent le coût élevé de la plupart d’entre eux. Même s’il est possible, après un certain temps, de trouver les meilleurs jeux à prix plus raisonnable, les enfants préfèrent le plus souvent les obtenir dans les premiers mois de leur sortie. Et tout le marketing autour des nouveautés est fait pour les y pousser.

Le fait que, d’année en année, on constate une évolution dans la qualité des jeux, amplifie encore cet attrait pour la nouveauté. Les programmeurs, avec le temps, apprennent à tirer des consoles de plus en plus de performances et tirent des leçons de leurs erreurs du passé.

Dans les quelques jeux sélectionnés ici, la puissance de la console est utilisée, non plus pour des effets gratuits, mais pour une réelle esthétique. On y trouve des scènes créées par de vrais artistes, qui ont compris comment émouvoir avec le multimédia. Les concepts boiteux, répétitifs, où, à force d’accomplir sans arrêt les mêmes actions, le joueur finissait par ne plus ressentir que de l’ennui, ont également tendance à disparaître. Lorsque le prix d’un jeu neuf oscille entre 50 et 60 euros, on ne peut que se féliciter de cette évolution.

Aventure et action

Beyond Good and Evil
Jade est une jeune photographe de guerre. Un jour, son bâtiment est bombardé, chaque missile se transformant en un monstre qui enlève un enfant. Commence alors une aventure qui va l’obliger à se dépasser en permanence. Il lui faudra combattre, infiltrer des quartiers de haute sécurité, piloter un hovercraft, etc.

La beauté majestueuse de ce titre envoûte immédiatement. Graphiquement, c’est un petit bijou. La musique, superbe, ajoute encore à l’impression somptueuse et l’excellent travail des acteurs français est d’une rare qualité. Le scénario, souvent drôle et toujours varié, multiplie des activités très diversifiées sans qu’à aucun moment le rythme ne vienne à baisser. Un grand jeu, tout simplement.
A partir de 8 ans - *****
Playstation 2, Xbox, Gamecube, PC.

Maximo : Army of Zin
Après une introduction en 3D hallucinante, le joueur est immédiatement plongé dans le cœur de l’action : incarnant un jeune guerrier, Maximo, dont la jeune fiancée vient d’être enlevée par des combattants robotiques aux impressionnantes armures, s’aperçoit que tout le pays est envahi par ces êtres peu recommandables, l’armée de Zin. Le voilà donc parti dans une nuit glauque, combattant les nombreuses créatures qui l’attaquent, échappant aux multiples pièges posés sur sa route, récoltant pièces et morceaux d’armement qui lui permettront d’évoluer. Un jeu fait pour augmenter le taux d’adrénaline dans le sang, grâce à un challenge élevé. Les graphismes, très travaillés, jouent beaucoup dans l’ambiance forte qui s’en dégage.
A partir de 12 ans - ****
Playstation 2.

James Bond 007 : "Quitte ou double"
Les amateurs de la version cinéma de James Bond ne seront pas déçus. On trouve dans cette excellente adaptation le mélange d’action et de rebondissements qui a fait le succès de la série. Notre agent secret va devoir y accomplir une série de missions mouvementées, à commencer par récupérer un engin nucléaire dans un ancien Etat du bloc communiste. Et, dès le début, le ton est donné. Il est environné d’ennemis qui tirent de partout et il lui faut répliquer tout en se protégeant. Deux facultés lui permettent de s’en sortir mieux que les autres : celle de "bloquer" le viseur sur une cible en mouvement, et celle d’utiliser n’importe quel élément du décor comme bouclier. Les scénaristes ont veillé à diversifier au maximum les missions du joueur, qui sera bien sûr aidé de nombreux gadgets. L’accent est mis sur le spectaculaire, et les scènes choc ne manquent pas.
A partir de 12 ans - ***
Playstation 2, Gamecube, Xbox, PC.

Le Seigneur des Anneaux : le retour du Roi
Autre série phare, Le Seigneur des Anneaux a bénéficié dans cette adaptation d’une réalisation à la hauteur de sa réputation. On y trouve même, intégrées intimement aux séquences de jeu, des scènes extraites de la version cinématographique. On passe ainsi naturellement de l’un à l’autre sans transition. La trame du film constitue le squelette de cette aventure, qui privilégie les combats. Des combats impressionnants de réalisme, avec de nombreux effets spéciaux. La réalisation sonore est du même niveau, avec, entre autres, les voix françaises du film. On escalade des murs avec des échelles, on utilise des catapultes, des torches pour enflammer des toiles d’araignées, etc.! Le joueur, qui interprète successivement les principaux personnages du film, semble donc immergé complètement dans celui-ci. La réussite est totale.
Le jeu intègre également, outre le mode "solo", un mode "coopératif".
A partir de 12 ans - *****
Playstation 2, Gamecube, Xbox, Game Boy Advance.

Prince of Persia : the sands of time
Dans l’histoire des jeux vidéo, Prince of Persia est un vétéran et une étape. Ses premières apparitions remontent aux années 1980, et il avait apporté une fluidité dans les mouvements du héros jamais atteints alors. Le concept consistait en l’exploration d’un immense château, dans un temps donné, afin d’y délivrer une princesse. Dans cette version moderne, tout est beaucoup plus ambitieux, mais on retrouve les mêmes forces. Un monde immense à explorer, fait de nombreuses pièces dont il faudra trouver le moyen de sortir (avec des énigmes parfois tordues pour y parvenir), et une fluidité extraordinaire des mouvements du personnage, qui virevolte, combat, saute, escalade, avec un naturel inégalé. Outre ces deux qualités, qui le propulsent déjà parmi les meilleurs jeux actuels, les développeurs ont particulièrement soigné les décors, l’amenant donc aussi parmi les plus beaux.
A partir de 12 ans - *****
PC, Gamecube, Xbox et Gameboy Advance.

Jeux de rôles

Arc : le clan des Deimos
Après une guerre sanglante contre un dieu, la Terre se divisa en deux clans opposés, les Humains d’un côté, et les Deimos, de l’autre. Ceux-ci étaient nés de l’extinction d’esprits qui, avant le conflit, vivaient en paix avec les Humains. Depuis, ils cherchent à récupérer leurs terres et le héros, aidé d’une assistante, va devoir sauver son espèce dans une quête qui l’emmènera dans des lieux multiples et périlleux. Le joueur ne découvre les richesses du scénario qu’au fil de ses évolutions, par des dialogues avec des personnages et des flash-backs. Les rebondissements nombreux de ce titre, qui sort du traditionnel manichéisme des jeux, en font un excellent choix, malgré un système de combats peu intuitif.
A partir de 12 ans - ***
Playstation 2.

Final Fantasy X-2
La plus mythique saga de jeux de rôles s’offre ici un épisode qui déroutera ses habitués. Tout débute par un show télévisé d’une des trois héroïnes, soudain interrompu par des voyous qui envahissent la piste. Commence alors une série de poursuites et de combats au cours desquels le joueur va découvrir petit à petit ce qu’on attend de lui. Plutôt qu’une quête définie dès le départ, il vit un véritable film, au scénario dense, passionnant, souvent teinté d’humour. Le rendu en 3D est de haute qualité et les animations sont d’une fluidité époustouflante. Comme dans les autres épisodes, les scènes d’action sont ponctuées de séquences d’ambiance de grande beauté. Le fait de pouvoir terminer une partie et recommencer tout en conservant ses compétences pour tenter d’autres missions augmente considérablement la durée de vie de ce jeu sublime, à l’atmosphère unique.
A partir de 12 ans - *****
Playstation 2.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: