::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: L’ADSL gratuit existe-t-il vraiment ? :::

  

Les Belges se connectent de plus en plus à Internet via l’ADSL. Mais cette formule de connexion reste chère. Une campagne publicitaire de Versatel nous promet l’ADSL à 0 Euro. Réalité ? Ou intox publicitaire ?

Pour se connecter à Internet, jusqu’il y a peu, nous n’avions pas le choix. Il fallait relier son ordinateur à sa ligne téléphonique via un modem analogique. Ce système est peu coûteux, mais relativement lent. "Relativement" car, si l’on se contente ponctuellement de télécharger son courrier électronique ou de rechercher des informations, c’est encore le système le plus raisonnable, à la fois par le coût du matériel et celui de la connexion. Une fois que l’on visite des sites où le multimedia (sons, animations, vidéos) est utilisé, ce système n’est plus adapté, car les temps d’attente sont alors très longs. Et chaque minute est facturée par l’opérateur téléphonique.

De même, les adolescents adorent discuter entre eux via les outils de "chat" (dialogue en direct), des discussions qui se révèlent très coûteuses si elles s’éternisent durant des heures - ce qui est souvent le cas.

Les opérateurs proposent donc des alternatives plus intéressantes, soit via le câble de la télédistribution, soit via le téléphone (l’ADSL). Ces solutions, appelées "haut débit" car la transmission des informations s’effectue à des vitesses soixante fois plus rapides que via les modems classiques, présentent plusieurs avantages.

Le premier est le confort apporté par la vitesse de transmission des données. Les pages s’affichent beaucoup plus vite. Le second est la tarification forfaitaire, dans des conditions normales d’utilisation (il existe une limite de téléchargement, généralement fixée à 10 Go, soit 10.000 Mo. Au-delà, un supplément est facturé). On peut donc surfer toute la journée sans se soucier du prix des communications. Enfin, la ligne téléphonique est libérée, alors que la connexion via modem analogique occupe celle-ci, empêchant tous les appels.

Elles présentent également des inconvénients. Le premier est le coût trop élevé pour les utilisateurs moyens. Un mois de l’abonnement ADSL le moins cher, Tiscali, équivaut à 46 heures de connexion traditionnelle en heures creuses chez le même opérateur. Le second est l’obligation de souscrire un abonnement mensuel qui vous lie pour une longue durée à l’opérateur et, souvent, de payer des frais d’activation.

A cela, Versatel répond par deux offres.

"Free ADSL" est l’équivalent de la solution traditionnelle, mais à plus grande vitesse. Vous ne payez pas de forfait mensuel (il n’y a pas d’abonnement), mais bien chaque minute consommée. Cela n’a rien de gratuit, contrairement à ce que laisse sous-entendre le titre. D’abord parce qu’il y a, pour chaque ouverture de connexion, une pré-facturation de 0,25 Euros (contre 0,0475 chez Tiscali ou 0,102 chez Skynet) indépendante du temps consommé ; ensuite, parce que chaque minute vous est facturée 0,0425 Euro (contre 0,0125 Euro en heure creuse et 0,0354 en heure de pointe chez Tiscali, ou encore 0,0150 et 0425 chez Skynet). La solution n’est donc envisageable que pour des utilisations ponctuelles. Il est à noter que les vitesses de transmission sont très largement inférieures à celles de l’ADSL traditionnel : 512 Kbps (512 Kilobits par seconde) contre 3 Mbps (3000 Kilobits par seconde). C’est donc un ADSL bridé qui n’est pas comparable aux offres des concurrents.

"Always ADSL" est un faux forfait ADSL car il est très limité. Certes, le prix est alléchant (19,9 Euros par mois) mais il est augmenté de frais de consommation supplémentaires (0,05 Euros par Mo) pour les téléchargements mensuels dépassant 250 Mb. C’est très peu. Le maximum de surfacturation étant de 10 Euros, on peut considérer que pour la majorité des utilisateurs qui souhaiteront utiliser pleinement l’ADSL, le coût mensuel sera de 29,9 Euros. A nouveau, les performances ne seront pas au rendez-vous car l’ADSL est toujours bridé à 512 Kbps.

L’ADSL selon Versatel est donc décevant, sauf peut-être pour les petits utilisateurs, et son seul intérêt est un prix inférieur à celui de ses concurrents. Pour l’ADSL, le moins cher est Tiscali [1], dont l’abonnement mensuel est à 35 Euros, soit près de 5 Euros de moins que Belgacom. Mais Tiscali, dépassé par son succès, est très peu réactif en cas de problème. Les utilisateurs peu avertis auront donc plutôt intérêt à se tourner vers Belgacom.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2004.


[1Tiscali : 02/400.36.10 - Versatel : 0800/57575 - Belgacom : 0800 33 800
On trouvera une liste des solutions ADSL proposées en Belgique (avec tarifs) sur le site Speed.be

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: