::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: L’aventure commence à trois ans :::

  

Fondée en 1992, la société Humongous Entertainment est devenue une référence qualitative dans le domaine des jeux d’aventures pour petits.

“Pouce-Pouce” et “Marine Malice” sont deux nouvelles stars des jeux vidéo. Mais à la différence de Super Mario, Sonic et Lara Croft, ils s’adressent aux tous-petits.

Ces deux héros sont les vedettes d’un nouveau type de dessins animés, les dessins animés interactifs. Vraiment interactifs. Pas du genre où il faut cliquer sur un bouton et visionner ensuite une animation sans pouvoir interagir avec le récit.

Ici, l’enfant dirige réellement le petit héros et il ne reste jamais inactif très longtemps. Il participe à l’histoire en recherchant des objets, des indices, et les animations durant lesquelles il doit rester passif ne sont là que comme raccords, pour faire avancer le récit et lui apporter des indices complémentaires. L’aventurier en herbe dialogue avec les personnages qu’il rencontre. Il résout des problèmes. Il donne un coup de main aux héros en trouvant pour eux les éléments qui leur permettront d’avancer. Bref, il est l’un des personnages de l’aventure.

Animation : fluide

On applaudit des deux pieds (mes mains sont occupées par le clavier, désolé !) le talent des programmeurs qui ont réussi la prouesse technique d’afficher en plein écran les dessins animés, même sur des ordinateurs qui ne bénéficient pas des dernières innovations technologiques, comme un PC 486 ou un Macintosh 68040. Le lecteur de CD-ROM double vitesse suffit. Un éditeur dont les produits récents ne donnent pas l’impression que votre ordinateur, acheté il y a deux ans à prix d’or, n’est pas déjà un dinosaure sénile (dans le jargon informatique, on dit “obsolète”), cela mérite d’être encouragé.

D’autant plus lorsqu’il fait du bon boulot. Dès le démarrage, on sent que tout a été mûrement réfléchi. Le CD-ROM à peine glissé dans son tiroir, un écran de commande apparaît. Trois boutons (jouer, démos, quitter) permettent d’entamer l’aventure directement ou de passer à autre chose. Les plus petits comprennent vite qu’ils doivent simplement cliquer sur le gros bouton “Jouer” pour commencer. Pas de longue séquence d’installation, de redémarrage de l’ordinateur : tout est transparent pour l’utilisateur, dans la sécurité la plus totale pour l’intégrité de votre ordinateur.

L’aventure peut alors débuter. L’enfant rencontre d’abord le héros, qui lui explique sa mission. Elle consiste principalement à explorer un univers rassurant et coloré pour y ramasser des indices et les utiliser pour relever des défis ou résoudre des énigmes. Des activités surprises sont proposées également, de même que l’une ou l’autre chanson. Tout cela variant avec l’âge de l’enfant.

Car tous les titres du catalogue, encore limité, sont parfaitement ciblés par tranche d’âge. Entendez : la tranche d’âge minimale, car les enfants plus âgés adorent également explorer ces mondes sympathiques, même si les épreuves sont plus faciles pour eux.

Des titres bien ciblés

“Pouce-Pouce voyage dans le temps” est destiné aux 3-6 ans. Pouce-Pouce est une petite voiture toute ronde, qui rend visite à un professeur génial mais maladroit. L’une de ses expériences tourne mal et voilà la rédaction d’histoire, le chien, la boîte de pique-nique et la calculette de Pouce-Pouce précipités dans l’espace-temps. Or, tant que ces objets ne seront pas revenus dans le présent, la porte du temps ne pourra pas être refermée. Voilà donc Pouce-Pouce obligé de s’offrir un voyage dans la préhistoire, au Moyen-âge, au Far-west et dans le futur pour retrouver ses biens.

“Marine Malice et le mystère du coquillage volé” s’adresse aux enfants du premier cycle de l’école primaire (6-9 ans). Le héros est un poisson jaune rondouillard, qui a été invitée par l’oncle de son ami à participer à un festival. Mais, lorsqu’après avoir traversé les océans, elle y arrive enfin, c’est pour apprendre que le brave homme a été jeté en prison. Le grand coquillage, dont il avait la garde, a été volé ! Marine doit en retrouver les différents éléments, mais également interroger les suspects afin de déterminer qui a commis ce forfait.

“Sam Pyjam héros de la nuit”, pour la même tranche d’âge, met en scène un enfant terrifié par les ombres qui, chaque nuit, envahissent sa chambre. Il a heureusement une échappatoire : le héros de la bande dessinée qu’il lit chaque soir. Pyja-Man. Il veut être aussi courageux que lui et affronter ses peurs. Pour cela, il doit s’équiper (et ne pas oublier de ramasser, durant son aventure, les chaussettes que sa maman lui a demandé de ramasser) et pénétrer dans le monde de la nuit qui se trouve au fond de son placard... et où divers univers inquiétants l’attendent.

“James Renard - Opération Milkshake” est un hilarant pastiche des films d’espionnage pour les enfants de plus de huit ans. Le graphisme rétro, très réussi, installe directement une ambiance au second degré. Les dialogues, très travaillés, sont bourrés d’humour. Et la quête commence à ressembler à celles que les enfants pourront découvrir dans les grands jeux d’aventures classiques sur ordinateur. Sans se prendre au sérieux. James Renard doit découvrir pourquoi les usines des Laitiers Réunis ont été abandonnées (bientôt, le monde sera sans une seule goutte de lait). Raison pour laquelle il est parachuté sur une mystérieuse île grecque. Enfin, “parachuté” est un euphémisme puisqu’il est précipité dans le vide sans parachute et qu’il ne doit son salut qu’à un... coussin pèteur. On nage en permanence dans l’absurde anglo-saxon. Et les programmeurs ont prévu, pour permettre d’y rejouer plusieurs fois, des indices qui changent à chaque nouvelle partie.

Des logiciels admirablement bien pensés, dont on aimerait que d’autres éditeurs s’inspirent plus souvent.


Tous ces titres sont diffusés par Transposia (Ottergemsesteenweg, 455, 9000 Gent - Tél : 09/243.98.10, fax 243.98.15)
Hybrides Mac et PC pour configuration familiale standard (écran 640*480, Mac 68040 ou PC 486, lecteur double-vitesse).

Article paru dans "Le Ligueur" en 1999.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: