::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: La photographie numérique à maturité :::

  

Hier encore horriblement coûteuse pour des résultats décevants, la photographie numérique a profité de l’évolution de la technologie et de la baisse des coûts. Elle est désormais accessible à tous.

De face, l’objet que je tiens dans la main ressemble à n’importe quel appareil photographique. Un boîtier, un viseur, un objectif, un flash. De dos, tout change. Une étrange mollette de contrôle jouxte un petit écran vidéo en couleurs. A l’intérieur, pas de pellicule, pas de film. Une toute petite disquette ultra-fine, qui a pourtant la capacité d’enregistrer plus de quarante photos. C’est un appareil photographique digital.

Par rapport à celui que vous utilisez peut-être, le principe de la prise de vue est le même. C’est une boîte noire qui capte la lumière du monde extérieur, par une ouverture plus ou moins grande en fonction de l’intensité de celle-ci, et à une vitesse plus ou moins élevée. Mais au lieu d’aller exposer une pellicule sensible (le négatif), la lumière aboutit sur une petite plaque comportant des centaines de milliers de capteurs microscopiques. Chacun de ceux-ci enregistre un minuscule petit bout de l’image, un "pixel", qui est expédié à un micro-processeur dont le travail est de reconstituer l’image avant de la stocker, soit dans la mémoire vive de l’appareil, soit sur un support amovible. De la capacité de ce dernier dépend le nombre de photos qui peuvent être enregistrées. Il suffit de le porter chez un photographe pour obtenir, quelques jours plus tard, les tirages sur papier.

Plus rapide, moins cher, moins polluant

Par rapport à la photographie traditionnelle, cette nouvelle technologie présente des atouts considérables. Le principal est l’immédiateté du résultat. L’écran affiche la photographie obtenue. Si elle n’est pas correcte, elle peut être effacée et éventuellement recommencée. Seules les photos réussies sont enregistrées et développées, ce qui représente une économie très importante. Nul besoin de payer la totalité du développement et l’impression de toutes les photos, même celles dont vous n’êtes pas content.

Le coût pour la gestion de l’environnement n’est pas négligeable non plus. La disparition du processus négatif-développement-tirage, extrêmement polluant, est un énorme progrès. Finie, l’accumulation, dans nos poubelles d’emballages de films (boîte en carton, boîtier en plastique) et, dans les laboratoires de boîtiers métalliques, de pellicules ratées, voire d’appareils complets, dans le cas des modèles jetables, aberration totale au niveau de l’environnement et du coût global pour l’utilisateur.

Les photographies digitales peuvent être visionnées aisément. Sur le petit écran de l’appareil, tout d’abord, une solution ludique et conviviale particulièrement appréciée des enfants. Sur la télévision, en la reliant à l’appareil par un câble généralement fourni en standard. Ou sur ordinateur, soit à l’aide d’une connexion directe, soit via un petit lecteur en option, dans lequel on glisse la disquette. Elles peuvent également être stockées sur le disque dur de l’ordinateur, retouchées, recadrées, envoyées par e-mail, publiées sur votre site Internet personnel et même imprimées, pourvu que l’on dispose d’une imprimante en couleurs et que l’on se soit procuré un papier spécial. Cette solution, qui offre un bon résultat, est malheureusement encore onéreuse. Mais le "boum" de la photographie digitale amène déjà de nouveaux services qui vont la démocratiser.

Si vous disposez d’un accès à Internet, vous pouvez télécharger vos photos sur un site spécialisé, où tout membre de votre famille à qui vous aurez communiqué le mot de passe pourra les visionner à distance et, s’il le désire, en commander l’impression par un laboratoire spécialisé. De tels sites vont se multiplier et, la concurrence aidant, les prix vont probablement diminuer comme cela a été le cas dans la photographie traditionnelle.

Une solution limitée ?

Mais la photographie digitale présente également des inconvénients qu’il ne faut pas négliger lors du choix. La précision de la photo obtenue et le taux d’agrandissement possible dépendent du nombre de capteurs de l’appareil. Les modèles bas de gamme (500.000 pixels) ne donnent que des photos affichables sur l’écran d’un ordinateur 640*480 ? par exemple pour illustrer un site "web" ? ou sur la télévision. Sur papier, les défauts de l’image digitalisée sont apparents.

De 1.000.000 à 2.000.000 de pixels, on se trouve sur le terrain des appareils moyen de gamme, qui permettent une impression sur papier 10 x 15 cm de très bonne qualité.
Mais il faut un appareil haut de gamme si l’on veut pouvoir agrandir ses photos, et les prix sont encore inaccessibles aux particuliers.

Comment choisir ?

Adressez-vous à un photographe spécialisé et ne foncez pas sur les modèles bradés par les grandes surfaces. Lui seul pourra vous conseiller. Définissez bien vos besoins et une limite supérieure de budget. Des détails à prendre en compte : la sensibilité (on trouve déjà des équivalents 200 ASA dans les moyens de gamme), la possibilité d’éditer les photos sur l’écran de l’appareil, la présence d’un flash, la définition de l’écran (fuyez ceux de moins de 1.500.000 pixels si vous voulez imprimer les photos), la capacité du support de stockage (qui définit le nombre de photos que vous pourrez y enregistrer), la qualité du zoom (préférez un zoom optique à une simulation numérique, qui dégrade l’image), etc. N’hésitez pas à vous rendre chez plusieurs détaillants ou à comparer les prix et les performances sur Internet [1]

Le budget à prévoir pour un premier appareil permettant une impression sur papier se situe entre 15.000 FB et 20.000 FB, un prix qui comprend l’appareil, une carte complémentaire de stockage et un double jeu de piles rechargeables, indispensable (ils sont très gourmands). Un budget plus élevé que pour les modèles traditionnels, mais qui sera très vite amorti par les importantes économies dans le traitement des photos.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2000.


[1Le site Dooyoo compile les avis des utilisateurs, souvent bien plus fiables que ceux des vendeurs.
Un très astucieux guide de comparaison (en anglais) est proposé par Active Buyers Guide

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: