Son fameux logo a accompagné l’enfance de tous les francophones. Né en 1905, le dictionnaire Larousse a évolué avec son temps. Pour sa centième édition, il s’offre une nouvelle version sur CD-Rom.

Qui signa le premier logo de Larousse ? Le symbole était génial. Un souffle pour expédier des graines de savoir aux quatre vents. Sa déclinaison moderne pour ce CD-Rom est signée Christian Lacroix, dont on nous rappelle, dans la rubrique qui lui est consacrée, qu’il est avant tout couturier.

On ne change pas une formule qui gagne. A son concurrent Le Robert, dont l’image est bien plus moderne et qui a, lui, son (excellente) édition électronique sur CD-Rom depuis le début des années 1990, Le Larousse oppose son concept "tout en un". Noms communs, noms propres, et les fameuses pages roses, en un seul volume. Alors que, du côté du Robert, noms communs et noms propres sont séparés.

Parlons chiffres

La culture sur CD-Rom se résume d’abord à des nombres. Les possibilités de stockage de texte sur CD-Rom sont impressionnantes et l’on a toujours du mal à imaginer que le contenu de gros volumes de papier pesant plusieurs kilos peut tenir sur une seule galette de 12 cm de diamètre.

Dans le Larousse électronique, vous trouverez :
- 59 000 noms communs du vocabulaire courant ;
- 28 000 noms propres, de personnages célèbres, de pays et lieux géographiques, de grands événements, de lieux historiques, etc. ;
- les tableaux de conjugaison de tous les verbes ;
- les irremplaçables pages roses qui nous permettent de comprendre les proverbes, sentences et maximes qui ont traversé les âges. Ou de donner l’impression qu’on est très cultivé en parsemant ses articles de locutions latines, grecques et étrangères ou de mots historiques. Qui a dit "A la guerre, il n’y a pas de gagnants, il n’y a que des perdants" ? Réponse dans Le Petit Larousse [1] ;
- plus tout ce qui a justifié le qualificatif "illustré" dans toutes les éditions du Petit Larousse illustré : 2100 dessins et photographies, 313 cartes "zoomables", 71 animations et 200 médias sonores.

Ce dernier point est la partie la plus faible de ce CD-Rom, dont l’iconographie est finalement, malgré les valeurs ci-dessus, très limitée. On aurait apprécié, par exemple, trouver la photo de chacune des personnalités. Alors que Tintin et Hergé ont bien une entrée, on ne trouve ni le portrait du premier, ni la photo du second. Ce qui est dommage pour un support capable, justement, de proposer énormément de documents.

Une utilisation limitée

Ce dictionnaire peut être installé partiellement sur le disque dur (le CD-Rom doit donc être présent continuellement dans le lecteur), et dans ce cas, il en occupera 118 Mo ; ou totalement, occupant alors 480 Mo (mais n’espérez pas profiter de cette option pour le passer à tous vos amis : le CD-Rom devra ponctuellement être réinséré dans le lecteur pour être bien sûr que vous le possédez encore !). Il peut alors être consulté en toute liberté, ce qui est nettement plus pratique.

Son avantage est de pouvoir trouver rapidement la définition de n’importe quel mot. Un système hypertexte, qui peut être désactivé, permet de naviguer dans toutes les définitions en cliquant une seule fois sur n’importe lequel des mots qui composent celles-ci pour afficher leur définition.

Il est indéniable que l’édition 2005 a évolué avec son temps. J’y ai enfin trouvé ce que voulait dire le verbe "kifer", dont la fréquence d’apparition à la télévision a considérablement augmenté ces derniers mois et dont je n’avais pu deviner la signification. C’est fait.

Par contre, aucun outil n’est intégré pour offrir une latitude à la dysorthographie ambiante. Si vous demandez la définition de "orthographe" et que vous introduisez dans le champ de recherche le mot "ortographe", vous n’obtenez aucun résultat. Impossible, donc, de trouver immédiatement l’orthographe correcte d’un mot sur lequel vous doutez. Ce qui le met en-deçà de dictionnaires moins connus, comme Antidote, dont nous avons déjà parlé précédemment, et qui possèdent cette fonction de base.

Quelques outils

La version multimédia du Petit Larousse propose aussi une recherche par thèmes, peu intuitive, et divers outils permettant de trouver un mot dont on ne connaît que quelques éléments (très utile, par exemple, pour tricher aux mots croisés). De même qu’un copilote censé nous orienter, pour certains mots, vers des sites Internet complétant l’information. Mais nous n’avons pas trouvé de mot offrant cette option.

Cette adaptation du fameux Petit Larousse [2], si elle est utile pour les possesseurs d’ordinateur portable qui voyageront avec elle, n’utilise donc pas à fond les possibilités du multimédia.

On regrette particulièrement, outre le fait qu’elle ne soit pas disponible sur Macintosh, qu’on ne puisse l’appeler directement d’un logiciel de traitement de texte pour contrôler l’orthographe d’un mot que l’on est en train d’écrire. Certes, ce n’est pas un logiciel de correction, mais n’est-ce pas la première fonction d’un dictionnaire que de permettre de trouver la graphie précise de tout mot ?

Article paru dans Le Ligueur en 2004.


[1Pour ceux qui ne veulent vraiment pas quitter la passionnante lecture de cet article pour se diriger vers leur dictionnaire, la réponse est Chamberlain, en 1938. Comme il avait raison !

[2Pour Ordinateur PC uniquement. Processeur 500 Mhz, Windows 98 et ultérieurs. Distribution Mediamix (mediamix@skynet.be - 02 688 40 22 - http://www.mediamixbenelux.com).