::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Le secret de l’Alchimiste :::

  

Un an après un premier CD-ROM, "L’île diabolique", le studio belge "Belle Productions" récidive avec une nouvelle bande dessinée interactive qui amènera quatre jeunes héros dans les recoins secrets de l’Italie.

Ils sont jeunes et particulièrement astucieux. Il y a Julie, 14 ans, Belge, Thomas, 14 ans lui aussi, Français, Dora, 15 ans, Québecquoise et Joao Ribheiro, 15 ans, Italo-Brésilien. A eux quatre, ils avaient déjà démêlé les intrigues de "L’île Diabolique". Ils vont se trouver confrontés à une société secrète dans la Rome contemporaine, et devoir retrouver un objet légendaire venu de l’Egypte antique et qui a traversé le temps, conservant un secret fabuleux. S’agit-il d’un nouveau jeu vidéo ? Non, d’une bande dessinée interactive, mêlant narration et jeux.

La bande dessinée a ses caractéristiques propres. Elle se présente sous la forme de planches, découpées en cases. La voix y est symbolisée par des phylactères, et les sons par des onomatopées ou par des idéogrammes. Née dans les journaux, elle vit désormais principalement dans des albums.

Qu’est-ce donc, alors, qu’une bande dessinée interactive ? C’est un logiciel multimedia qui se base sur les caractéristiques de la bande dessinée (planches, cases, phylactères, onomatopées) pour raconter une histoire ou plonger dans une aventure, mais de telle manière que la progression dépende des clics du lecteur.

Lorsque vous entamez "Le Secret de l’Alchimiste", les premières vignettes apparaissent successivement et l’ordinateur attend votre réaction. Vous devez trouver, dans le dessin, le détail qui va afficher la suite. Un phylactère apparaît lorsque vous l’avez détecté : il vous faut cliquer sur un personnage. Puis l’ordinateur attend un autre clic. Il s’agit à nouveau de trouver l’endroit où cliquer pour qu’un autre phylactère s’affiche, ou que s’amène la vignette suivante. Parfois, il faut revenir au premier personnage, car il a autre chose à ajouter. Et ainsi de suite...

La bande dessinée en elle-même est donc très répétitive et passer son temps à cliquer de visage en visage devient vite ennuyeux, malgré les efforts des graphistes pour tenter d’amener quelques effets spéciaux ou des animations simples. L’introduction, où chacun des quatre jeunes s’amène successivement, est particulièrement laborieuse.

Heureusement, ces phases narratives sont entrecoupées de jeux et d’énigmes, où le lecteur devient enfin actif. Ces jeux sont beaucoup plus originaux, et nécessitent réflexion et/ou connaissances. Pour aider le joueur, une impressionnante base de données documentaire est accessible à tout moment. On y trouve des informations sur l’Italie, l’Antiquité, la peinture de la Renaissance, les monuments italiens, la restauration des peintures, etc. C’est la grande richesse de ce CD-Rom et son véritable intérêt. Car, selon sa curiosité ou en fonction du jeu, l’enfant peut alors explorer des dizaines de fiches mêlant textes et photographies.

Un appareil photo électronique est même disponible pour se constituer, au fil de l’aventure, un carnet personnel de clichés reprenant certaines des scènes. Elles peuvent être prises en couleurs ou en noir et blanc, et cadrées comme on le souhaite, avec effet de zoom. Un bug graphique involontaire (une rémanence des images lorsqu’on passe d’un plan rapproché à un plan éloigné) permet même de créer un trucage inattendu. Je vous laisse le trouver.

L’interface graphique est très réussie, la navigation est intuitive et le concept réellement intéressant. Le jeu fonctionne impeccablement sur une configuration moyenne. Il reste donc à améliorer la partie "bande dessinée" proprement dite afin qu’elle soit un peu plus excitante et qu’elle demande autre chose de la part du joueur que de trouver les zones cliquables cachées par les développeurs.

On peut aussi se demander pourquoi raconter cette histoire sous la forme d’une bande dessinée. Le multimedia a ses propres caractéristiques. Ne serait-il pas plus enrichissant de les utiliser pour raconter les histoires autrement ?

Pour Mac et PC, processeur 300 Mhz, 128 Mo RAM, 150 Mo de libre sur le disque dur, carte graphique 3D accélérator 16 Mo, lecteur CD-ROM 32x. Distribué par ABC SOFT (info@abcsoft.be - 02/333.86.86 - http://www.abcsoft.be). 29.99 Euros.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2004.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: