::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Le tour d’Europe du Cirque du Soleil :::

  

Venu du Québec, le Cirque du Soleil est la formule la plus aboutie du cirque moderne, un spectacle de toute beauté ? que vient malheureusement ternir une gestion des places plus que discutable. Il est à Ostende, en Belgique, depuis le 24 juillet(jusqu’au 31 août), avant de repartir pour Zurich, qui clôturera sa saison 2003.

Amsterdam, Barcelone, Vienne, Bruxelles, Madrid en 2002 et Londres en 2003. La tournée européenne du Cirque du Soleil est d’ores et déjà un immense succès.
Créé au Québec en 1984 par Guy Laliberté, ce nouveau concept, dépoussiéré de tous les clichés et poncifs du cirque traditionnel (on n’y voit ni animaux ni Monsieur Loyal, mais bien des clowns, des acrobates, des jongleurs, des trapézistes), qu’il a très vite ringardisé, a bénéficié du génie de Franco Dragone, un metteur en scène belge dont chaque création fait souffler un vent nouveau sur le monde du spectacle.

Et "Saltimbanco" est un spectacle nouveau, qui plonge les spectateurs dans un rêve envoûtant durant deux heures véritablement magiques, où tous les numéros se succèdent sans le moindre temps mort. S’il y en a relativement peu (une dizaine), ils sont insérés dans une mise en scène globale, à l’organisation minutieuse, où tout, décors, musique, chants, lumières, costumes, contribue à former un ensemble élégant et poétique.


Les costumes et les maquillages, tout d’abord, rappellent la truculence baroque de la Comedia del Arte. Avec une touche fantastique en plus.
La musique, sublime, de René Dupéré, s’inspire des sonorités du monde entier, mélangées à des sons puisés dans différentes langues qui forment une sorte de langage universel mélodieux qui donne régulièrement des frissons.
Quant aux numéros, ils sont choisis parmi ceux des meilleurs artistes actuels, engagés après une sélection extrêmement sévère, et formés par le cirque du Soleil, avec un contrat "à l’américaine", aux conditions très dures. Mais le résultat est là : brillant !

Les revers de la médaille
Mais si l’on reste admiratif devant la qualité du spectacle, grandiose, on doit néanmoins regretter une commercialisation plus que contestable. Avec des places dont le prix de vente va jusqu’à 56 euros, il s’agit d’un spectacle élitiste, inaccessible aux familles à revenu modeste ou moyen. A cinq, deux adultes et trois enfants, il nous en a coûté 215 euros, ce qui est énorme pour une soirée de cirque.

A ce prix-là, l’on peut s’attendre à avoir des places extrêmement bien situées. Cela n’était pas la cas. Les organisateurs utilisent le moindre centimètre carré du chapiteau pour le remplir au maximum. Et comme tout chapiteau est supporté par des mâts, un espace se trouve inévitablement occulté par ceux-ci. Plutôt que de placer des voies d’accès dans ces angles morts, des sièges y ont été installés comme si de rien n’était, et les spectateurs placés là ne voient donc qu’une partie du spectacle.

Un rapide calcul amenait à entre cent et cent cinquante le nombre de personnes qui, comme nous, sont victimes, chaque soir, de ce mercantilisme plus que condamnable. Une situation d’autant plus désolante que la danse qui ouvre le spectacle, avec un enfant, se déroulait presque totalement dans la partie occultée par les mâts.

Mais ce n’est pas tout. Les effets les plus spectaculaires sont prévus pour les spectateurs situés en face de l’entrée des artistes. Ceux placés sur le côté ratent donc certains jeux de voiles et de lumières qui ne s’adressent qu’aux gens de face.

Il est donc indispensable de bien sélectionner son billet en tenant compte de ces deux facteurs : choisissez des places situées en face de l’orchestre et refusez catégoriquement celles situées dans l’angle en arrière des deux mâts qui bordent celles-ci. Vous aurez alors toutes les chances de profiter pleinement de ce spectacle unique.

Mais il est regrettable que la recherche de la perfection dans les moindres détails qui le caractérise n’ait pas également mené l’équipe de marketing chargé de le commercialiser. Car peut-on admettre que tant d’efforts consentis par les artistes amènent, à cause de cela, à des spectateurs frustrés et mécontents ? Surtout lorsqu’on est le cirque le plus cher du monde ?

Réservations : cirquedusoleil.com ou +32 70 22 32 30.

PHOTOGRAPHY : Al Seib
COSTUMES : D. Lemieux

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: