::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Les gladiateurs de l’humour :::

  

Le public est déchaîné autour de l’arène. Au milieu, des jouteurs s’échauffent. Ils vont bientôt s’affronter. Mais il n’y aura ni coups, ni sang, ni tués. Car leurs combats ont pour seules armes l’imagination et l’humour. Bienvenue aux matches d’impro.

Ce spectacle a été importé il y a vingt ans du Canada. Là, des patinoires de hockey étaient recyclées, hors-saison, en salles de spectacle où des acteurs improvisaient des gags sur base de thèmes fournis quelques secondes plus tôt.

Vingt ans après, les spectacles d’improvisation sont un élément incontournable du paysage théâtral de Belgique, et les fans se pressent tous les dimanches et les lundis pour voir s’affronter les gloires de cette discipline aux règles très strictes et aux contraintes terribles (mais l’art naît de contraintes, n’est-ce pas ?). Gloires qui ont largement débordé de son cadre et qui ont profité de ce magnifique tremplin pour entamer une carrière à succès. Il suffit de citer Eric de Staerke ou Laurence Bibot pour se rendre compte de l’excellente école que constitue l’ improvisation pour des comédiens doués.

La Ligue d’Impro a aussi fait des petits. Outre la Fédération Belge d’Improvisation Amateur, on trouve en Belgique divers spectacles qui s’en inspirent. Citons "Random", "Sans filet", "Les souffleurs aux gradins"... ou même la fabuleuse "Improsession", où ce sont des musiciens qui improvisent des chansons sur base de thèmes, de styles musicaux imposés par le public. Le concept, qui fait chaque année salle comble à Forest National, est désormais décliné également à Paris, avec un succès équivalent.

Le principe est resté rigoureusement le même depuis le début. Deux groupes de jouteurs doivent s’affronter sur un ring, en deux périodes de 40 minutes. Ils reçoivent un thème imposé et un genre, qu’ils peuvent préparer durant une minute. Ils se lancent ensuite sur le ring avec d’autres membres de l’équipe adverse, et le show commence. Ils ne connaissent rien de la préparation de l’autre clan et doivent, ensemble, jouer une pièce improvisée d’un bout à l’autre. Des jurés sont sur le ring pour vérifier qu’ils ne commettent pas d’erreur. Et le public (chauffé à blanc par un musicien particulièrement survolté) peut leur lancer des chaussons pour protester s’il ne trouve pas le spectacle à son goût.

En vingt années, la Ligue d’Impro compte 6000 impros, jouées par 230 artistes, qui ont commis 6300 fautes sifflées, mais ont aussi servi de cible à 360.000 chaussons de spectateurs mécontents de certaines de leurs prestations. Quant aux 7.200.000 éclats de rire annoncés par les organisateurs, nous n’avons pas vérifié, mais vu la qualité du spectacle et le talent des acteurs, on veut bien les croire.

Informations : info@ligueimpro.be ou 02/218.27.35.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: