::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Les "papys" des jeux vidéo :::

  

Les nostalgiques vont en verser, des larmes de bonheur ! Pour sa nouvelle console portable Game Boy Advance, l’éditeur japonais Nintendo réédite les premiers classiques des jeux vidéo.

Savez-vous que Super Mario, le célèbre plombier, qui permit à la première console de Nintendo, la NES, de conquérir le monde il y aura bientôt vingt ans, était apparu pour la première fois dans un jeu intitulé Donkey Kong ?

Des graphismes très simples, un jeu basique (il fallait escalader des échelles en évitant des tonneaux que lançait, du haut de l’échafaudage, un gros gorille), des couinements en guise d’effets sonores... Le jeu, l’un des premiers de l’histoire des jeux vidéo, colla des millions de joueurs devant les écrans installés dans les cafés et luna-parks. La version originale est à nouveau disponible grâce à son adaptation sur Game Boy Advance dans la toute nouvelle collection d’incunables intitulée "NES Classics".
(A partir de 3 ans)

La NES fut la première console à ramener les ados à la maison. Bien moins puissante que son arrière-petite-fille, la Game Boy Advance, mais extrêmement riche en potentiel pour les joueurs. En connectant ce boîtier à la télévision, et en y glissant une "cartouche", ils pouvaient jouer autant qu’ils le voulaient à leurs jeux préférés sans devoir régulièrement réinjecter une pièce de 20 francs dans la fente d’une "borne d’arcade", comme on les appelait alors.

Super Mario Bros

La console décolla grâce à une future icône du jeu vidéo : Super Mario. Après le très simpliste mais très excitant Donkey Kong, il s’offrait sa première aventure digne de ce nom. Une très, très longue quête à la recherche d’une princesse enlevée par le méchant Bowser, qui avait également truffé son pays de monstres divers. De champignons apparemment anodins à des créatures bien plus impressionnantes. Super Mario Bros est la référence du jeu de plates-formes. Mario y explorait des dizaines de niveaux, sautant sur des éléments de décors, détruisant des blocs pour y récolter des bonus, évitant les ennemis ou les détruisant grâce à des pouvoirs temporaires. Un scénario d’une richesse inouïe pour l’époque (les versions suivantes allaient aller encore plus loin et resteront inégalées à ce jour), avec des zones cachées que le joueur découvrait par hasard. Ce jeu, qui n’a pas pris une ride, continuera à donner des centaines d’heures de plaisir à ceux qui oublieront ses graphismes datés pour se concentrer sur la qualité du contenu.
(A partir de 3 ans)

The Legend of Zelda

Du même auteur, une autre référence : Zelda, "le" jeu d’aventures par excellence. Alors que Mario était linéaire, celui-ci plaçait le joueur dans un univers énorme à explorer dans tous les sens. Ici aussi, c’est une princesse qu’il faut délivrer des forces du mal qui ont envahi un immense pays. Link, le héros, va devoir les combattre en récoltant des indices, en gagnant des armes et des protections et en résolvant des énigmes.

Si on est loin des images réalistes et de la 3D qui caractérisent tous les jeux vidéo actuels, on reste admiratif devant la créativité de l’auteur (Myiamoto, créateur également de Super Mario et véritable génie du jeu vidéo) qui, avec si peu de moyens graphiques, avait réussi à réaliser un jeu passionnant capable d’accrocher les joueurs, des nuits entières, devant leur téléviseur, dans l’espoir de voir la fin de cette interminable (mais passionnante) aventure.
(A partir de 6 ans)

Pacman

Enfin, dernière icône de la préhistoire des jeux vidéo à retrouver vie grâce à la collection "NES Classics", Pacman, l’une des grandes gloires des années 1970. La petite bestiole jaune devait y avaler toutes les pilules d’un labyrinthe assez simple en évitant les fantômes qui y rôdaient. Qu’elle avale une pilule de force, et c’était elle qui pouvait les poursuivre. Difficile de faire concept plus basique, et pourtant ! Un quart de siècle après sa création, ce jeu continue à accrocher irrésistiblement dès qu’on entame la moindre partie.
(A partir de 3 ans)

Article paru dans Le Ligueur en 2004.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: