::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Les premiers pas d’un vétérinaire :::

  

Les jeux de simulation permettent aux enfants d’apprendre en étant plunges virtuellement dans des situations proches de la réalité. Avec ce CD-ROM, ils auront la possibilité de soigner des animaux sauvages... sans le moindre risque pour ceux-ci.

"Mission vétérinaire" [1] entraîne le jeune joueur dans un jardin zoologique, dont il est, comme l’indique le titre, le vétérinaire attitré. Vingt-cinq espèces différentes y sont hébergées, des animaux de l’Arctique (manchot, ours blanc, renne) à ceux du désert (dromadaire, mouflon, kangouro, gecko), en passant par ceux des tropiques, de la savane, de la forêt.

Sur la carte du zoo, les différentes zones et leurs pensionnaires sont indiqués par une icone. Un cadre clignotant entoure celles des animaux présentant l’un ou l’autre trouble. Le vétérinaire va devoir leur rendre visite, un à un, procéder à des contrôles et des examens, et leur administrer un traitement ou les opérer. A la fin, un bilan indiquera ce qu’il a correctement effectué, et les erreurs qu’il a commises. Il pourra donc apprendre, à partir de ces remarques, comment ne plus les commettre.

Prenons le gecko, par exemple. Il s’appelle Papou. C’est un mâle de deux ans d’âge et, pour ceux qui l’ignoreraient, un gecko est une sorte de lézard. Celui-ci a un bobo. Il présente une grosseur à la patte, dont il faut diagnostiquer l’origine. Les assistants du vétérinaire ont déjà effectué de premières observations et endormi la petite bête.

Une fiche indique les paramètres cliniques "normaux". Apprenez qu’un gecko respire 10 à 20 fois à la minute, que son pouls bat entre 20 et 47 fois durant la même période, et que la température de son corps peut être comprise entre 29.5 et 39°C sans qu’il y ait de raison de s’inquiéter. Des informations qui ne vous serviront à rien dans la vie, mais qu’il est bon d’avoir à portée de main lorsqu’on est vétérinaire de zoo.

Celui-ci n’est pas seul. Il reçoit des conseils et est guide dans ses actions. On le guide ainsi dans la succession d’actes médicaux à poser. D’abord, contrôler le pouls et la respiration à l’aide du stéthoscope. Tous les appareils utiles sont rangés dans un menu en bas de l’écran. Un clic sur celui qui est nécesaire, puis un autre sur l’endroit du corps où il doit être utilisé, et les résultats apparaissent. Tout est normal.

Après les examens de contrôle généraux, on passe au diagnostic du problème. Avec une loupe, on constate une turgescence anormale. Une palpation laisse deviner un abcès. "Chez les reptiles, les abcès sont solides et fermes", nous dit le programme. "Ils doivent être opérés pour que l’animal puisse guérir". Hop, on prélève un peu de sang avec la seringue, dont l’analyse confirme la présence d’une infection. Et l’opération peut commencer. Pour les âmes sensibles qui nous lisent, j’éviterai de décrire celle-ci.

Vous avez compris le principe : grâce aux conseils qui lui sont prodigués, l’enfant effectue, pas à pas, les examens, le diagnostic, et le traitement. A la fin, l’ordinateur fait le bilan de l’ensemble des opérations, et donne une note. "900/1000". "Seulement 900 alors que tout a été parfaitement réalisé ?", s’écrie alors le joueur ? Ben oui, il avait oublié de poser quelques questions sur les antécédents de son petit patient. Et cela peut être important.
On n’oubliera pas la prochaine fois !

Ce jeu est paramétrable en trois niveaux de difficulté, et l’interface est modulable graphiquement en fonction des goûts de l’enfant. Il est complété d’un quiz sur les animaux et d’un mini-jeu : le traditionnel et banal "Memory". On aurait apprécié un peu plus d’originalité...

Une très bonne idée, que cette simulation, qui conviendra parfaitement aux nombreux enfants qui rêvent de devenir un jour veterinaries. Ils auront ainsi un premier apercu de la complexité mais aussi de la diversité de ce métier.

Article paru dans Le Ligueur en 2005.


[1Distribué par ABC SOFT (Boulevard de L’Humanité, 231 - 1620 Drogenbos - Tél : 02/ 333.86.86 - info@abcsoft.be). Pour ordinateur PC ou Macintosh multimédia avec lecteur de CD-ROM 16x.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: