::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Lettres d’amour piégées :::

  

Qu’un virus s’attaque à un logiciel Microsoft et c’est toute la planète informatique qui s’enrhume. “I love you” a mis en évidence, une fois de plus, les effets pervers du monopole de la firme de Bill Gates.

Depuis début mai, il convient d’être prudent lorsqu’on ouvre son courrier électronique. Les lettres piégées y ont fait leur apparition. En une journée, quarante-cinq millions d’ordinateurs se sont retrouvés à genoux à cause d’un mot d’amour qui transportait un épouvantable virus. L’un des plus virulents jamais conçus. Qui a profité de l’une des énormes failles de sécurité dans les produits Microsoft, qui équipent d’office la plupart des ordniateurs de type PC.

Et c’est bien là que réside la cause principale des dégâts considérables qu’il a si rapidement causés dans le monde des PC. C’est que la plupart sont équipés du système d’exploitation Windows. Et que Windows est équipé d’office des logiciels Explorer (pour naviguer sur Internet) et Outlook (pour lire son courrier électronique).

Ces trois logiciels, avec le temps, sont devenus de véritable usines à gaz, beaucoup trop complexes, où les failles de sécurité sont difficiles à déceler. Et Microsoft n’en finit pas de diffuser via son site Internet des “patches” de sécurité, sortes de “rustines” informatiques qui corrigent celles dont ses programmeurs ont été avertis par les utilisateurs. Mais ce n’est pas suffisant. Et les plaisantins profitent de ces lacunes pour lancer leurs jeux dangereux.

Qu’est-ce qu’un virus ?

Exactement comme dans la vie réelle, ce sont des petits bouts de code informatique, des “organismes” qui sont incapables de se reproduire par eux-mêmes mais qui s’insinuent en douce dans les ordinateurs et utilisent les logiciels qui s’y trouvent pour se multiplier. Ils peuvent y rester sans rien faire durant des jours, voire des mois, attendant le moment opportun pour accomplir leur oeuvre.

Que sont-ils capables de faire ? Tout. Afficher un texte rigolo à l’écran. Modifier le nom d’un fichier. Effacer tout votre disque dur. Rendre inutilisable votre ordinateur. Et, avant de tout démolir, profiter du logiciel de courrier électronique Outlook pour se disséminer chez tous les correspondants de votre carnet d’adresses. Ce qui explique sa diffusion exponentielle.

La faute à l’uniformisation

C’est un peu comme la peste porcine. Elle s’est développée chez les fermiers qui ne pratiquaient qu’un élevage, sans plus aucune diversification. Dans les fermes à l’ancienne, où veaux, vaches et couvées se côtoyaient, ses dégâts étaient très limités. Dans les entreprises mono-élevage, tout le cheptel y passait.

En informatique, c’est pareil. Si une variété de systèmes d’exploitation et de logiciels coexistaient, les programmeurs de virus devraient dépenser une énergie considérable pour toucher tout le monde - et n’y parviendraient pas. Quand chacun est équipé de la même façon, un seul bout de code doit être écrit.

L’association des utilisateurs de Linux (AFUL), un système d’exploitation libre concurrent de Windows, va plus loin. Elle accuse Microsoft d’être responsable de la propagation du virus et appelle les utilisateurs à porter plainte. Selon le magazine Transfert, qui cite le président de l’AFUL, “dès 1998, des experts ont alerté Microsoft des failles de sécurité présentées par Outlook. En deux ans et demi, l’entreprise n’a pas été capable de les réparer. Le responsable de toute cette histoire, c’est Microsoft”.

Surfez protégé

A moins d’être totalement isolé du reste du monde, sans connexion à un réseau ni à Internet, ni lecteur de disquettes ou de CD-ROM, tout ordinateur est susceptible d’être un jour attaqué par un virus. Il existe divers moyens pour se protéger.
- 1°) Installez un anti-virus provenant d’une source sûre et mettez-le à jour très régulièrement. C’est un achat indispensable.
- 2°) Ne vous croyez pas forcé d’utiliser les produits Microsoft parce qu’ils vous sont imposés à l’achat de votre ordinateur. Il existe des concurrents de très bonne qualité, fiables, stables et souvent gratuits, qui ne présentent pas les mêmes failles de sécurité(3).
- 3°) Ne téléchargez pas des fichiers et des logiciels dont la provenance n’est pas officielle. Les logiciels pirates sont des nids à virus.
- 4°) N’ouvrez jamais un fichier joint à un courrier électronique dont vous n’êtes pas absolument sûr de la provenance. Si votre logiciel ouvre automatiquement les fichiers, désactivez cette option. Méfiez-vous principalement des fichiers .exe. Mais l’exemple récent de I love You montre que les virus peuvent également se camoufler sous la forme d’un fichier texte.
- 5°) Et, surtout, faites régulièrement des sauvegardes de vos données et gardez précieusement les disquettes ou CD-ROMs d’installation de vos logiciels. N’hésitez pas à en faire des copies de sécurité, c’est autorisé par la loi. En cas d’atteinte par un virus (ou de simple panne de l’ordinateur), ce sera l’unique moyen de ne pas perdre des mois et des mois de travail.


Pour naviguer sur Internet, choisissez Netscape, Icab ou Opera. Pour lire le courrier électronique, Eudora est un excellent choix. Même le gargantuesque Office, dont chaque nouvelle version vous oblige presque à acheter un nouvel ordinateur, a un concurrent gratuit, Star Office. Un Macintosh est plus cher à l’achat qu’un PC mais moins suscpetible d’être attaqué. Et Windows peut être remplacé par Linux, mais vous ne pourrez pas y faire tourner les mêmes logiciels.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2000.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: