L’excellente petite console Game Boy Advance permet à l’éditeur japonais de redonner un coup de tonus à ses séries cultes.

Et "Donkey Kong Country", qui fut l’un des meilleurs jeux de la console Super Nintendo, mérite à juste titre cette appellation de "culte". Ce titre, sorti il y a dix ans, révolutionna l’univers du jeu vidéo par des graphismes extrêmement fins qui poussaient la console au-delà de ses limites grâce au talent du studio "Rare" qui l’avait créé, par une bande-son époustouflante dont la musique trottait en tête des heures durant, par un ton humoristique et par un scénario richissime qui menait le joueur de surprise en surprise.

C’est une copie conforme du jeu original qui nous est proposée ici et elle n’a pas pris une seule ride. Au contraire, ce titre s’installe immédiatement parmi les meilleurs jeux de plates-formes de la Game Boy Advance.

Il peut se jouer à deux ou seul. Il met en scène un gorille, Donkey Kong, et son petit frère Diddy Kong, tous deux lancés à l’aventure dans une jungle truffée d’ennemis impressionnants. En duo, chacun contrôle l’un des personnages et peut passer le relais à l’autre à tout moment, pour profiter des caractéristiques de son personnage, qui lui permettent de passer plus aisément des obstacles particuliers. Lorsqu’on joue seul, on contrôle les deux personnages, mais on peut là aussi les faire permuter en cas de besoin.

Sur le trajet, les deux héros découvrent des caisses qu’ils peuvent lancer sur les adversaires pour se défendre, mais qui leur apportent des bonus ou des montures leur permettant de passer des caps difficiles, juchés sur un rhinocéros, une autruche, une grenouille ou un espadon.

La maniabilité est exemplaire, le scénario varié et truffé de trouvailles (pour cette nouvelle version, de mini-jeux ont été ajoutés au jeu original et il est possible de recommencer certains niveaux en mode "contre la montre"), la durée de vie exceptionnelle, la bande-son grandiose,... autant de raisons qui font de ce titre une référence incontournable.

Attrapez-les tous !

Nés cinq ans plus tard, les Pokemon relancèrent l’intérêt pour la console Game Boy Couleurs à une époque où l’empire Nintendo était gravement menacé par la déferlante de la Playstation. Avec un concept extrêmement simple et en même temps extrêmement prenant ("addictif", disent les Franglais), les deux qualités qui permirent à "Tetris" de lancer la Game Boy à la fin des années 80, les Pokemon ont provoqué un véritable phénomène de mode lors de leur lancement. Ils montrent depuis, par leurs différentes suites, qu’ils sont bien plus que cela : un véritable classique des jeux vidéo. Accessible aux plus jeunes tout en parvenant encore à passionner les plus âgés.

Le joueur doit y explorer un univers immense pour y capturer des animaux, les Pokemon, qui vont lui permettre d’évoluer. Chaque Pokemon, en effet, possède certaines caractéristiques qui lui sont propres et qu’il va utiliser pour en capturer d’autres en les affrontant dans des combats singuliers. Le but est de les attraper tous, c’est à dire les 200 Pokemons qui sont disséminés partout, et qui n’apparaissent que lorsqu’on passe par certains lieux. Il faut donc passer et repasser partout. Astuce : certains Pokemons apparaissent plus rarement que les autres. Et d’autres n’apparaissent qu’à certains moments de la journée. Les attraper tous exige donc de la part des enfants une incroyable tenacité, mais ils y parviennent.

Les cartouches vont par deux. La totalité des Pokemon est répartie sur les deux, et il est donc indispensable, pour terminer cette quête, de connecter sa Game Boy à celle d’un(e) copain(pine) possédant le jeu complémentaire afin de faire des échanges avec lui. Ce premier duo de jeux sur la Game Boy Advance est constitué des versions "Rubis" et "Saphir"(qui ne varient que par les Pokemon complémentaires ; les jeux étant par ailleurs totalement identiques, il ne faut en acquérir qu’un seul).

Ils ne sont malheureusement pas compatibles avec les anciennes versions, et leurs Pokemon ne sont donc pas récupérables ici.

Une quête passionnante, un univers imaginaire très riche, un concept ludique imparable, la possibilité de connecter jusqu’à quatre consoles (chacune munie d’une cartouche Pokemon), la place accordée à la stratégie et au long terme... tout concourt à faire de ce nouvel double opus une réussite totale. Qui passionnera les enfants tout autant que les précédents.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2003.