::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Playstation : la déferlante se poursuit :::

  

Lancée il y a trois ans, la console Playstation de Sony a balayé ses concurrentes. 850.000 foyers belges en possèdent désormais une.

Destinée au départ aux adolescents, chez qui elle a fait le plein, elle tente à présent de baisser l’âge de son public. Des mascottes sympathiques pourraient bien lui donner un coup de pouce, tout comme le plombier Mario et le hérisson Sonic l’ont fait pour Nintendo et Sega.

Sa première grande star est le chien Crash Bandicoot(1), qui doit son succès à l’exceptionnelle maniabilité de ses jeux et aux nombreux gags qui émaillent chacun des trois épisodes de ses aventures. Alors que les deux premiers consistaient à avancer dans des voies prédéfinies tout en évitant obstacles et ennemis, le troisième est beaucoup plus varié et technologiquement bien plus évolué. Outre les classiques jeux de plates-formes, on peut désormais y faire une course de moto, de jet-ski, participer à un combat spatial, etc. Il est possible d’y faire évoluer son alter-ego féminin, signe d’une proportion croissante de jeunes filles parmi les joueurs.

Il pète des flammes

Spyro (2), lui, est un petit dragon accompagné d’une fée, qui a la lourde tâche de sauver ses pairs adultes, transformés en statues de pierre. Les graphismes sympathiques, les décors colorés ne trompent pas : ce jeu est destiné aux plus jeunes. La maniabilité est impeccable et la prise en mains très intuitive. Le personnage vole, saute, fonce tête baissée pour se débarraser des ennemis, avec une aisance étonnante. C’est avant tout un jeu d’exploration, complété d’une quête dans laquelle il faut récolter de nombreux objets. Ce qui permettra aux plus grands d’y jouer sans rougir.

Jeu vidéo de plein air

Certains sports survivent mieux que d’autres au “portage” sur console. C’est le cas des sports de glisse, dont “Cool Boarder”(3) est l’adaptation la plus réussie. D’abord par le réalisme des paysages et la sensation extraordinaire de vitesse qu’il procure lors des descentes de pistes. Ensuite, par le nombre d’options qui permettent d’adapter le jeu à tous les niveaux de compétences des joueurs, et d’augmenter considérablement la durée de vie du disque. Trois niveaux de force sont proposés (débutant, vétéran, “pro”) pour chacune des épreuves qui peuvent être effectuées par différents types de sportifs et de sportives (tout le monde s’y retrouvera) sur une variété de planches, chacune ayant ses propres caractéristiques de vitesse, de réponse aux impulsions et de stabilité. Un jeu vraiment excitant, sans la moindre violence... et sponsorisé comme les vraies compétitions par une marque de montres bien connue que nous nous empressons de ne pas nommer.

“Bust-a-groove”(4) est tout à fait hors-normes. C’est “Saturday night fever”, vingt-cinq ans après ; une compétition de disco qui suit le rituel des jeux de combats, mais où les joueurs se contentent de... faire danser leur héros. C’est en fait principalement un jeu de réflexes : il faut appuyer sur les touches précises qui s’affichent à l’écran, à la seconde précise imposée par le rythme de la musique.
Un concept original, pas vraiment simple à maîtriser (au contraire !) mais qui déclenche vite l’hilarité chez les joueurs.

Le concurrent de Zelda

“Wild Arms” (5) plaira aux amateurs de “Zelda”, le chef-d’oeuvre incontesté des jeux d’aventures sur la Super Nintendo, qui trouve ici un concurrent de choix.
Le jeu commence par un dessin animé japonais dans la lignée des mangas traditionnels, accompagné par une bande son à la guitare dont la sobriété tranche avec les musiques agressives qui soutiennent généralement ce type de divertissement. Le joueur a le choix entre trois personnages, dont un féminin - le début sera différent selon le personnage incarné.

Puis on entre dans l’action. Vision 3D à la Zelda : caméra en hauteur, mais avec quelques astuces, comme par exemple des effets de transparence lorsqu’un personnage entre dans une maison. Le scénario importe peu, il s’agit toujours de délivrer un pays menacé par d’effroyables forces maléfiques. L’essentiel tient dans la richesse de l’univers à découvrir et dans la simplicité des manipulations. Tout est présent, ici, pour donner un grand jeu. Malheureusement, la version que nous avons testée était en anglais, ce qui le rend injouable pour beaucoup.

Clones insipides

Pour terminer, Hasbro Interactive a porté sur la Playstation ses plus célèbres jeux de plateau, dont “Monopoly” et “Risk”. Ils avaient en fait d’abord été adaptés pour ordinateur PC et ce sont ces versions qui ont été modifiées. Cela se sent dans l’interface, qui nécessite de déplacer un curseur à l’écran comme si l’on avait une souris en mains. La jouabilité s’en ressent. L’agacement, puis l’ennui, viennent vite malgré les gadgets technologiques tels que les animations.

Il s’agit d’adaptations bâclées, qui n’ont pas du tout été pensées pour les consoles (de nouveaux concepts auraient sans doute dû être créées) et qu’on abandonne très vite. Des clones électroniques qui démontrent que le passage des jeux traditionnels aux jeux vidéo n’est pas aussi évident que l’imaginent les brillantes équipes de marketing américaines durant leurs séances de brain-storming. Tout espoir n’est pas perdu... Les jeux de plateau ont encore un bel avenir devant eux.


(1) “Crash Bandicoot Warped”, à partir de huit ans.
(2) “Spyro le dragon”, à partir de huit ans.
(3) “Cool Boarder 3”, à partir de huit ans.
(4) “Bust-a-groove”, à partir de dix ans.
(5) “Wild Arms”, à partir de dix ans - présence obligatoire d’un parent comprenant l’anglais.
(6) “Monopoly” et “Risk”, à partir de dix ans. Achat obligatoire d’un adaptateur complémentaire pour y jouer à quatre.

Article paru dans "Le Ligueur" en 1999.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: