::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Une semaine pour improviser à l’école :::

  

Le " Carrefour de l’Impro " est une occasion unique pour les enseignants d’explorer avec leurs élèves, dans le cadre scolaire, les techniques de l’Improvisation.

Née au Québec, " L’Impro " est devenue une technique théâtrale à part entière, qui connaît un succès considérable dans les pays où elle est pratiquée. La " Ligue d’Impro ", qui l’a popularisée en Belgique, est accessible uniquement aux acteurs professionnels [1]. Mais elle organise, depuis l’année passée, une initiation à destination des écoles, qui se déroule en deux temps : une " semaine de l’impro ", du 11 au 15 mars, où les élèves du secondaire et leurs professeurs pratiquent des exercices d’impro dans le cadre scolaire, et une " journée de l’Impro ", le 17 mars, qui permet aux différents participants (élèves professeurs, famille, amis) de la semaine de l’impro de se rencontrer.

Un plaisir ludique
L’improvisation est un jeu. Un jeu qui permet de se dépasser tout en s’amusant, de vaincre sa timidité et d’acquérir de nouvelles capacités, voire de découvrir des facettes insoupçonnées de sa propre personnalité. C’est donc un outil idéal dans cette période difficile de l’adolescence où l’on se cherche soi-même et où l’on est souvent freiné par une timidité que l’on croit insurmontable.

Selon les organisateurs, sa pratique favorise l’esprit de synthèse (il faut intégrer très rapidement dans l’action les éléments amenés par soi-même ou par l’autre), la notion du temps et sa gestion (les récits doivent se boucler en un temps défini), l’expression verbale et physique (on apprend à poser sa voix, à prendre de l’aisance face à un public), la découverte de son corps (on se transforme pour jouer quelqu’un d’autre tout en restant soi-même, on modifie sa voix), augmente les capacités de concentration, d’imagination et de vivacité, la confiance en soi, etc.

On apprend donc à se connaître, comment on fonctionne, de quoi on est capable. Autant d’éléments qui auront inévitablement des répercussions dans la vie quotidienne et dans le développement de la personnalité.
Dans la relation aux autres, elle favorise l’esprit de groupe (chaque membre du groupe est indispensable), la spontanéité et la sincérité (la crédibilité du personnage interprété dépend de la sincérité de l’acteur), l’écoute de l’autre (on joue AVEC l’autre, pas contre lui), autant de facteurs qui amènent à plus de tolérance et de respect.

Dossier pédagogique
Cette manifestation organisée par la Ligue d’Impro, à l’initiative du Ministre de la Culture, avec le " soutient "(sic) du Ministre de l’Enseignement secondaire (qui, vu sa fonction, devrait mieux faire vérifier l’orthographe des documents envoyés en son nom.), s’inscrit dans le cadre de la " Langue française en Fête ".

Les enseignants peuvent se procurer gratuitement [2] un dossier pédagogique reprenant des réflexions sur l’événement (" Au lieu de proposer uniquement aux jeunes d’être spectateurs, nous leur proposons aujourd’hui d’être également acteurs, non seulement de leur vie mais également d’une pratique pédagogique et ludique à la fois. En ce sens, " Carrefour de l’impro " contribuera au bien-être et à l’équilibre de nos jeunes de demain ") et divers exercices à pratiquer durant la semaine de l’impro. Cinq exercices à faire dans l’ordre chronologique, par groupes de 8 à 10 élèves/professeur, chaque groupe devenant tour à tour acteur et spectateur.

Ces exercices (" Le passage d’énergie " en échauffement, " le mot lancé ", " la posture ", " le gardien de but ", " improvisation en chaîne ") ne nécessitent pas énormément de temps : un simple atelier de deux heures est déjà un bon départ pour une initiation.

Des notices indiquent la fonction de chaque exercice, mais aussi les capacités personnelles qu’ils développent. Pourquoi, d’ailleurs, les limiter au cadre strict de ce carrefour de l’impro ? Leur potentiel en termes de développement mérite que l’expérience soit poursuivie et que professeurs et élèves prennent le goût de continuer, avec d’autres.

La journée de l’Impro du 17 mars servira à cela, grâce à un forum de l’impro (de 14 à 18 h), à accès libre, qui permettra aux participants de se rencontrer, d’échanger des points de vue et de créer des contacts pour des inter-classes éventuels. Tous pourront assister à un match d’impro joué par des jeunes de 15 à 18 ans expérimentés (Prix : 9 euros).

Et il est probable que cette initiative fera naître des vocations. La Ligue d’Impro connaît sa popularité auprès des ados : " La demande des écoles est telle que la Ligue d’Impro pourrait remplir ses salles rien que de classes ". Impossible, bien sûr. D’où ce carrefour qui fera bien mieux que cela puisque les élèves pourront tâter de l’impro de l’intérieur, en en expérimentant les techniques, les plaisirs et les difficultés.

Et l’Impro professionnelle ?
Tous les dimanches et les lundis, le Théâtre Marni à Bruxelles se remplit d’une meute de spectateurs hilares, armés de pantoufles, autour d’une arène où vont s’affronter, par des mots, des mimes et des chants, des gladiateurs du rire. Ce public chauffé à blanc par un musicien, lui aussi improvisateur, soutient des acteurs improvisant sur les thèmes les plus divers en respectant des règles extrêmement précises qui n’admettent aucun écart. Les matches d’impro sont un pur bonheur d’humour et de créativité. La " Ligue d’Impro " réunit des acteurs de grand talent qui ont choisi de s’exprimer par ce biais - et le succès considérable de cette manifestation depuis des années démontre qu’ils le font bien. Les matches se déroulent jusqu’au 18 mars. Il seront suivis, au Grand Manège à Namur, du 24 au 31 mars, de matches spéciaux (dont plusieurs avec les champions québecois, pays où est née cette discipline, mais aussi, le 24, avec des enfants de 6 à 12 ans, et le 25, un match sur le thème " La langue française en fête ").

Infos sur http://www.ligueimpro.be, email info@ligueimpro.be, tél : 02/538.36.09.
Théâtre Marni : Rue de Vergnies, 25, 1050 Bruxelles
Grand Manège : Rue Rogier, 82, 5000 Namur.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2002.


[1Les amateurs peuvent néanmoins pratiquer l’Impro grâce à la Fédération Belge d’Impro Amateur. Lors de la Journée de l’Impro du 17 mars 2002, il sera possible de découvrir les associations qui pratiquent l’improvisation en Belgique francophone.

[2Sur le site http://www.ligueimpro.be, ou par téléphone au 02/538.36.09 ou au fax 02/538.96.10.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: