::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Voyage aux sources d’inspiration du dessin animé :::

  

Le dessin animé est un pilleur d’idées. Il puise son inspiration dans tous les domaines de l’imaginaire, des contes les plus anciens aux bandes dessinées d’aujourd’hui. Pour la bonne cause.

Ce pillage organisé n’est pas en soi négatif. Voir s’animer sur écran des personnages que l’on a aimés dans des livres a quelque chose de magique. L’impact des dessins animés permet aussi d’étendre la diffusion d’une oeuvre. Quand l’adaptation est de qualité, ce qui est loin d’être toujours le cas.

Rien à craindre pour les cassettes vidéo rassemblées ci-dessous. Les réalisateurs ont réussi à adapter l’oeuvre originale sans la trahir.

Jean-Christophe a disparu !

Chose que les anciens studios Disney faisaient plutôt bien. L’une de leurs plus charmantes réussites est la série des “Winnie l’Ourson”. La légende veut que c’est en voyant sa petite fille plongée avec délices dans ce succès de la littérature enfantine anglo-saxonne(1) que Walt Disney s’intéressa au personnage.

L’ourson gentillet un peu niais vécut quelques histoires courtes avant de connaître son premier long métrage en 1977 : “Le grand voyage de Winnie l’Ourson”. C’est ce dessin animé, qui passa inaperçu à l’époque, qui est aujourd’hui édité en cassette vidéo (2).

Au pays des rêves bleus, c’est la déprime. Winnie et ses amis animaux sont catastrophés : leur ami Jean-Christophe a disparu. Convaincus qu’il est en danger, l’ourson prend son courage à deux pattes et décide de partir à sa recherche, accompagné de Porcinet, Tigrou, et Jeannot Lapin. Mais ils n’ont jamais quitté la forêt et tout, dans le monde extérieur, devient pour eux source de dangers...
Même si le rythme est loin de valoir celui des autres productions Disney de l’époque, ce film est en totale cohérence avec les courts-métrages : gentil, coloré, chantant, destiné avant tout aux plus petits.

Des haricots surprenants

“Mickey et le haricot magique” est une autre adaptation brillante, d’un conte, celle-ci. Mickey, Donald et Dingo, trois fermiers extrêmement pauvres, vont échanger leur unique bien, une vache, contre trois haricots magiques qui, en poussant à toute allure, vont les emmener dans un pays merveilleux, peuplé de géants.

Ce dessin animé bourré de trouvailles et d’humour n’a pas pris une seule ride malgré son demi-siècle d’existence. On ne peut pas en dire autant de “Bongo, roi du cirque” - l’histoire d’un ourson de cirque qui s’évade et trouve refuge dans la forêt - qui fait la première partie de cette cassette intitulée, on ignore pourquoi, “Coquin de printemps”(3)
It’s show time, Snoopy !

Côté bandes dessinées, la super-star des “comics” américains est sans aucun doute la série des “Peanuts”. Créée en 1950, elle s’est vendue à des centaines de millions d’exemplaires, et a fait de son créateur l’un des hommes les plus riches des Etats-Unis.

L’intelligence de son humour, les thèmes philosophiques et théologiques brassés au fil des gags, ont attiré l’intérêt des intellectuels qui ont multiplié ìes livres d’exégèse à son sujet. Chaque jour, dans près de 70 pays du monde, paraît un “strip” de ces personnages à la personnalité bien carrée, dessinés dans ce style épuré facilement reconnaissable.

Et que les réalisateurs des dessins animés ont pu adopter aisément. “Snoopy et Charlie Brown font leur show”(4) regroupe deux histoires constituées d’une succession de tranches de vie ultra-rapides correspondant chacune à un strip. Quelques scènes musicales pas très heureuses les ponctuent de temps en temps, venant rompre le rythme.

Le schtroumpf qui schtroumpfe du schtroumpf

Chez nous, les premiers personnages de bande dessinée à conquérir la planète furent les “Schtroumpfs” de notre enchanteur Peyo. Ces petits lutins bleus étaient nés dans la série “Johan et Pirlouit”, dans “La flûte à six schtroumpfs”. Un album que les studios Belvision avaient adapté bien avant que les Schtroumpfs, américanisés par les Studios Hannah-Barbera, ne perdent leur âme.

Les moyens n’étaient pas les mêmes, mais l’esprit était au moins proche de la série originale, l’un des grands classiques de la BD. Pirlouit y découvre une flûte magique qui a le pouvoir de faire danser jusqu’à épuisement. Un tire-laine la lui vole et l’utilise pour écumer la région. Heureusement, Johan et Pirlouit vont recevoir l’aide d’une centaine de petits bonshommes bleus qui deviendront bien vite très célèbres...


(1) “Winnie the Pooh”, écrit par le journaliste et dramaturge anglais A.A.Milne pour son fils Jean-Christophe et illustré par E.Shepard.
(2) Buena Vista Home Entertainment, ± 73 mn.
(3) Buena Vista Home Entertainment, ± 70 mn. Notons que “Mickey et le haricot magique” a déjà été réédité précédemment.
(4) CITEL Vidéo, distribué par la RTBF, ± 48 mn.
(5) CITEL Vidéo, distribué par la RTBF, ± 70 mn.

Article paru dans "Le Ligueur" en 1998.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: